Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Comment agir > Article : Les Ateliers santé ville. La proximité et le décloisonnement pour réduire les inégalités de santé

Article : Les Ateliers santé ville. La proximité et le décloisonnement pour réduire les inégalités de santé

le 24 juin 2016

[Localtis] Lancés en 2000 pour promouvoir une démarche de proximité visant à réduire les inégalités de santé, les Ateliers santé ville (ASV) étaient au nombre de 286 en France en 2013, "couvrant la quasi-totalité des quartiers urbains les plus sensibles", selon la Plateforme nationale de ressources ASV (PnrASV).

Cette dernière a récemment publié les résultats d'un travail de capitalisation de ces programmes conduits depuis maintenant 16 ans et désormais intégrés dans le volet "santé" (pilier "cohésion sociale") des contrats de ville.
A partir d'une cinquantaine de réponses – recueillies par questionnaire ou dans le cadre d'entretiens -, la PnrASV met en avant les "plus-values" de ces démarches à trois niveaux : "auprès des habitants, des professionnels et sur les politiques publiques".

Rendre les habitants acteurs pour être au plus près des besoins

S'appuyant sur les principes de la santé communautaire, les ASV ont pour objectif de rendre les habitants acteurs de leur bien-être. A Soyaux (Charente), les habitants participent ainsi aux groupes de travail des ASV au même titre et dans les mêmes proportions que les professionnels. A Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), un programme de promotion du bien-être psychique du jeune enfant mené dans deux quartiers prioritaires s'est appuyé sur une participation active des parents – ces derniers ayant été en particulier invités à exprimer leurs besoins lors de visites à domicile. Dans certains territoires comme Matoury, en Guyane, l'accessibilité des soins a été améliorée par la structuration de réseaux d'acteurs – de la périnatalité, dans le cas de Matoury.

Personnels éducatifs, bailleurs sociaux, commerçants... peuvent aussi influencer les "déterminants de santé"

Vis-à-vis des professionnels de terrain, la démarche de coordination et de formation animée par les ASV favorise les échanges et le décloisonnement, la montée en compétence et la promotion d'une approche globale de la santé. "En promouvant une approche globale, les ASV sollicitent non seulement des acteurs du soin, mais aussi des travailleurs sociaux, des personnels éducatifs, des bailleurs sociaux, voire des commerçants", chacun pouvant avoir "une influence sur des déterminants de santé". A Cherbourg (Manche), par exemple, des professionnels très divers – assistants sociaux, infirmiers, conseillers en insertion, animateurs jeunesse… - ont été formés par l'association belge Infirmiers de rue au repérage de la précarité par l'observation de l'hygiène.

Source Localtis