Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Comment agir > Documentaire : Repenser la folie, une alternative transculturelle à la santé mentale occidentale

Documentaire : Repenser la folie, une alternative transculturelle à la santé mentale occidentale

le 19 octobre 2016

[Somapsy] Lorsqu’un jeune connaît une transformation terrible de la réalité qu’il perçoit, les psychiatres occidentaux y voient un premier épisode de psychose, alors que d’autres psychologues et cultures non occidentales l’associent à un éveil spirituel, un don qui fait de lui un chamane, un devin ou un guérisseur.

Le documentaire « Crazywise » montre l’efficacité de différentes approches de traitement et les différentes interprétations faites à partir des mêmes symptômes, ainsi que la naissance d’un nouveau mouvement qui défie un système de santé mentale en crise.

Afin de remettre en question la façon dont la culture occidentale définit et traite les maladies mentales sévères, le réalisateur montre l’histoire d’Adam Gentry, un champion de ski nautique sur planche, le wakeboard, qui a souffert des troubles mentaux, suivi plusieurs traitements pharmacologiques et voulu expérimenter des méthodes de traitement alternatives. Le documentaire montre la dureté de la crise de santé mentale aux États-Unis et explore une nouvelle tendance concernant le traitement et le diagnostic en santé mentale, menée par des médecins de renom, des survivants et des activistes.

 

Sur une période de 25 années, le réalisateur du documentaire, Phil Borges, s’est rendu sur place et s’est documenté sur les cultures indigènes et tribales du monde entier. Dans toutes ces cultures, Phil a trouvé des personnes exerçant les fonctions de chamanes, devins ou guérisseurs. À travers ce documentaire, il explore les différences culturelles qu’il existe par rapport à la conscience, la santé mentale et l’importance des croyances, des rituels chamaniques et des cultes traditionnels.

Dans le bassin du fleuve Amazone, Borges se trouvait avec le chamane Huaranai Mengatohue lorsqu’il est entré en transe et a demandé à l’esprit du jaguar de guider les réclamations de sa tribu. En Mongolie, le réalisateur a passé toute la nuit avec Namid, un vieux chamane de 70 ans, qui a chanté et joué du tambour jusqu’à ce que l’esprit de la montagne l’aide à s’occuper d’une jeune femme enceinte. En Sibérie, près du fleuve Amur, Borges s’est rendu auprès des quatre dernières chamanes des ethnies Nanai et Ulchi, toutes des femmes de plus de 80 ans, qui invoquent régulièrement les esprits de la terre pour les guider dans leur travail de guérisseuses et dans leurs prédictions.

Source Somapsy