Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Comment agir > État des lieux : Prévenir les erreurs en psychiatrie

État des lieux : Prévenir les erreurs en psychiatrie

le 5 mai 2017

[Santé Mentale] La Fondation pour la sécurité des patients Suisse s'est penchée sur les erreurs commises tout au long du parcours de soins en psychiatrie 

Quid de la notion de sécurité des patients en psychiatrie ? D’après la Fondation pour la Sécurité des patients Suisse, elle est un domaine partiel distinct de la recherche de qualité. Il s’agit d’une mesure par laquelle un système de soins de santé accroît la probabilité que des individus ou des groupes atteignent les objectifs de santé fixés, en fonction de l’état actuel des connaissances professionnelles. Avec l’aide de professionnels et d’usagers, cette Fondation a dressé un état des lieux et délimité neuf champs d’action dans cinq domaines d’erreurs :

– en matière de diagnostic (absence de clarification, diagnostic erroné, non-utilisation d’outils…)
– lors du traitement. Cinq sous-domaines sont identifiés : mesures thérapeutiques non médicamenteuses, erreurs de médication, mesures limitatives de liberté, traitement inadéquat d’un comportement dangereux pour les autres/soi-même ; traitement inadéquat en présence d’une tendance au suicide ;
– dans la communication/l’interaction avec les patients et les proches ;
– au niveau des interfaces (transmission insuffisante/défaillante d’informations…) ;
– au niveau structurel (composants politiques et sociétaux).

Les rapporteurs concluent à « un besoin important d’aborder le thème de la sécurité dans les soins psychiques (…) et de prendre des mesures structurées afin de minimiser et d’éviter les erreurs ». Dans l’ensemble, chaque thème recèle un important potentiel de dommages et de conséquences graves pour le patient. Ce plan d’action s’adresse non seulement aux professionnels mais aussi au public. Il préconise leur sensibilisation et leur implication dans cette démarche, le développement de lade la recherche ; la mise en pratique d’actions concrètes (saisie des incidents, cercles de qualité, amélioration des connexions…) et le renforcement de la formation de base et continue. Une démarche originale marquée par l’implication des patients et des proches.

Source  Santé Mentale