Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Comment agir > Initiative : Un service dédié aux bipolaires près de Royan

Initiative : Un service dédié aux bipolaires près de Royan

le 7 juin 2017

[Le Parisien Un service dédié aux troubles bipolaires vient d'ouvrir à Saujon, en Charente-Maritime, pour aider les malades comme leurs proches. Une première en France.

En France, une personne sur cent souffre de troubles bipolaires. Une unité de soins dédiée à cette maladie vient de voir le jour au sein d'une clinique psychiatrique située à Saujon, près de Royan, en Charente-Maritime. «Une première en France», assure Olivier Dubois, psychiatre et directeur de cet établissement mandaté par l'ARS (agence régionale de santé) pour créer ce service de 25 places.

Les troubles bipolaires se manifestent en deux temps : des phases dépressives plus ou moins longues entrecoupées de phases maniaques ou euphoriques, les véritables marqueurs de cette maladie. Achats compulsifs, désinhibition totale, actes et paroles inconsidérés : cet état euphorique passager peut conduire les patients dans des situations extrêmement graves ou délicates.

Apprendre à vivre avec cette maladie

Diagnostiquer cette pathologie demande du temps, huit ans en moyenne. «Nous sommes sur une maladie, pas sur des émotions. Il faut distinguer ce qui relève de la normalité», détaille Olivier Dubois en égrenant des chiffres. Comme des risques de suicide multipliés par quinze, des addictions multipliées par sept... L'unité de soins permet, elle, de soigner les malades en crise et d'apprendre à vivre avec cette maladie.

«Les patients doivent comprendre et repérer les symptômes. Et il faut aussi former les familles», selon le spécialiste. Psychiatre en charge du service, Charline Perot va plus loin : «Les malades perdent beaucoup d'amis, leurs familles s'éloignent, les conflits dans le couple sont nombreux. Ce n'est pas une maladie dont on guérit. Mais on peut trouver une stabilité et vivre avec comme pour le diabète.» Des traitements efficaces existent, sans pour autant être des «camisoles chimiques», insiste Charline Perot. Encore faut-il les prendre : «Certains les arrêtent pour retrouver cette excitation, cette euphorie...»

Les troubles bipolaires touchent une majorité de femmes. Et s'ils apparaissent principalement autour de la quarantaine, ils peuvent aussi être diagnostiqués chez les adolescents. C'est le cas de Fanny Cariou, une trentenaire hospitalisée au sein de l'unité. Ses troubles bipolaires sont apparus à 15 ans, après le décès d'un proche. En crise, Fanny Cariou enchaîne les achats. «Je dépense beaucoup d'argent. Je peux remplir le coffre de ma voiture, c'est un besoin compulsif, souffle-t-elle. Faire les magasins, prendre la voiture et faire 450 km, ça ne me fait pas peur.»

Mère d'un garçon de 7 ans, la jeune femme aurait «aimé vivre sans cette saleté de maladie, sans tous ces médicaments». Fanny Cariou espère retrouver sa «liberté», conduire à nouveau et retrouver sa famille. «Mes sœurs aimeraient que je sois à nouveau pétillante...» glisse-t-elle.

Source Le Parisien