Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Comment agir > Inspirez-vous : Le sport, “un moyen de rentrer en contact différemment avec les malades psychiatriques”

Inspirez-vous : Le sport, “un moyen de rentrer en contact différemment avec les malades psychiatriques”

le 5 septembre 2016

[Objectif Gard] Le gymnase Saint-Exupéry de Bagnols accueillait jeudi des rencontres inter-hôpitaux psychiatriques qui rassemblaient une dizaine d’établissements du Gard et de la région PACA.

80 participants, patients de ces structures, ont participé à un tournoi de badminton. 

« On considère le sport comme un soin »

Un mouvement affilié au mouvement Sport en Tête, qui vise à organiser et promouvoir des activités corporelles, physiques et sportives dans une perspective de soin en psychiatrie. « On considère le sport comme un soin, un médiateur, un moyen de rentrer en contact différemment avec les malades » , explique Yann Petit, infirmier à l’hôpital de jour de Bagnols, qui dépend du Mas Careiron.

Et le sport permet « de travailler sur les émotions, les sensations, c’est une médiation corporelle » , poursuit l’infirmier. Pour les malades, l’enjeu est aussi celui de l’insertion : « on est sur un public plutôt sédentaire, à cause de la maladie et des médicaments, avec des problèmes de surpoids et de tabagisme , explique Yann Petit. Là ils se sentent intégrés dans un groupe, ça peut être le début d’un déclic. » Plus largement, ces rencontres permettent de tisser du lien entre les structures mais aussi « de recréer un lien social qui a souvent disparu à cause de la maladie. »

Une rencontre est organisée tous les mois, à chaque fois dans une ville différente. Et si Bagnols est spécialisée dans le Badminton pour une question d’infrastructures, les tournois proposent du football, du rugby, du vélo, du ping-pong, du tchoukball ou encore du canoë.

Source Objectif Gard