Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Comment agir > Inspirez vous : Patients en psychiatrie, un jardin pour s’ouvrir aux autres

Inspirez vous : Patients en psychiatrie, un jardin pour s’ouvrir aux autres

le 22 juin 2016

[Actu soins] A en juger les herbes folles qui poussent entre les allées, le parc, le jardin de la Béchade, à Bordeaux, est bien récent. En réalité, il a été inauguré il y a un an. Dès l’idée de sa création, la ville veut dédier un espace à des jardins partagés, répartis entre cinquante habitants du quartier qui se porteraient volontaires.

« Nous avons tout de suite voulu qu’un espace soit réservé à l’hôpital » , se souvient Gérald Carmona, président de l’association de quartier, Générations Tauzin, chargé de répartir les parcelles entre les volontaires. « L’hôpital participe aussi à la vie de notre quartier » , assure-t-il. Car à quelques encablures de là se trouve l’hôpital Pellegrin.

Pour Dolores Jimenez, infirmière au service psychiatrique de l’hôpital, la localisation du jardin en dehors de l’enceinte hospitalière est un plus. « Cela permet aux patients qui sont en institution depuis longtemps, de se re-sociabiliser, explique-t-elle. Ceux qui sont hospitalisés pour des périodes plus courtes peuvent se projeter dans leur sortie prochaine de l’hôpital, et atténuer leurs angoisses. » Parmi les patients-jardiniers certains sont ainsi institutionnalisés depuis plus de 20 ans.

Chaque semaine, le jeudi matin, elle emmène ainsi sept à huit malades souffrant de troubles psychiques (psychotiques, schizophrènes, névrotiques, ou dépressifs) dans Les jardins de Bacchus, les jardins partagés du jardin de la Béchade. L’activité est inscrite à l’agenda des activités proposées aux malades. « Je n’invite personne, c’est aux patients de s’inscrire dans mon atelier de jardinage » , poursuit-elle.

A chaque fois, le même rituel s’impose : un petit tour du propriétaire mais aussi des autres parcelles des usagers. Sur les 12m2 octroyés à l’hôpital, les patients choisissent comment ils organisent la parcelle, et ce qu’ils souhaitent y faire pousser, bien souvent des fruits ou des légumes ou plantes comestibles : mélisse, fraises, tomates, ou aubergines.

Source Actu soins