Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Comment agir > Ressource : "Quelques conseils lorsque nos proches sont enfermé·es en HP"

Ressource : "Quelques conseils lorsque nos proches sont enfermé·es en HP"

le 1 avril 2019

J'aurais aimé disposer plus tôt des ressources nécessaires pour agir en solidarité avec les personnes enfermées et/ou avoir appris à le faire plus tôt. Je me souviens du nombre incalculable de fois où mes ami·es ont été enfermé-es, des récits qu'iels en faisait, non seulement de l'HP, mais aussi des établissements qu'on appelle des centres pour jeunes délinquant·es, des centres de désintoxication ou des "camps" (beurk).

Voici ce que je sais sur les façons d'être solidaire avec mes ami·es lorsqu'iels sont enfermé·es de force en hôpital psychiatrique :

1. Demandez-lui s'iel serait d'accord pour que vous connaissiez son nom officiel, surtout s'il s'agit d'une personne trans. La date de naissance peut aussi s'avérer utile. Selon l'endroit où iel est enfermé·e, le personnel médical peut refuser de l'appeler par son nom souhaité et vous devrez donc utiliser son nom officiel pour parler avec ces gens.
2. Obtenez le nom/numéro de téléphone de l'établissement où iel est enfermé·e. Si vous le pouvez, trouvez aussi le nom du service. Certains établissements sont très grands et il est facile pour elleux de dire qu'iels "ne trouvent pas" une personne si vous ne leur donner pas de détails précis.
3. Appelez et demandez à parler à cette personne.
4. Rappelez encore. En général, on n'arrive à rien les 2-3 premières fois. Parfois, il est possible de laisser un message. Dans votre message, dites-lui (en supposant que vous le ferez) que vous la/le rappellerez, et quand.

Lire la suite sur le web magazine Zinzin Zine