Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Comment agir > Thérapie : La schémathérapie et l’utilisation du dessin chez des patients présentant des troubles alimentaires

Thérapie : La schémathérapie et l’utilisation du dessin chez des patients présentant des troubles alimentaires

le 2 novembre 2016

[Somapsy] L’article analyse le lien social entre ce qu’on voit et ce qu’on ressent. Les auteurs affirment avoir trouvé des preuves que l’angoisse chez certaines jeunes femmes, exprimée à travers le corps sous forme d’automutilation ou de troubles alimentaires, est plus une démonstration de l’adoption de certains discours et pratiques qu’une réaction résultant d’expériences traumatiques comme l’abus sexuel.

Ainsi les pensées et les émotions douloureuses pourraient être réduites ou remplacées par des pratiques de trouble alimentaire : souffrir de la faim est un moyen de communiquer lorsqu’on ne trouve pas les mots. Dans ce sens, l’affichage de la douleur causée par des lésions sur le propre corps est une forme de langage pour gérer la répulsion et l’horreur dans les cas d’abus. Dans ces troubles, le traumatisme est souvent décrit comme une combinaison du fait de ressentir de la honte et de se sentir sale.

L’article démontre le grand potentiel que représente le fait d’utiliser le dessin et l’illustration dans les thérapies cognitives centrées sur des schémas chez des patients souffrant d’un trouble alimentaire, afin d’accéder à des états émotionnels qui sont inaccessibles par le dialogue oral entre le patient et le spécialiste. La thérapie des schémas vise à agir sur le niveau le plus profond de la cognition : les schémas désadaptés précoces. Ces schémas, qui se développent pendant l’enfance, sont stables et durables. Lors de ces thérapies, on crée un espace pour que le patient puisse exprimer ses sensations intéroceptives et ses émotions. Avec l’aide du thérapeute, le dessin peut aider le patient à conceptualiser son processus intérieur complexe et à établir quelque chose comme un dialogue virtuel avec son propre moi.

Enfin, les auteurs invitent les professionnels de la santé mentale à utiliser des techniques de dessin dans de telles thérapies pour que les patients puissent exprimer, à travers le dessin, leurs pensées intérieures qui n’étaient pas visibles ou leurs expériences passées pour qu’elles se reflètent sur le papier. Il s’agit de tirer parti de la capacité humaine à traiter les informations à travers des images.

Accéder à l'article original (en anglais)

Source Somapsy