Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Comment agir > Vidéo : Julie casse les stéréotypes de l’autisme sur sa chaîne YouTube

Vidéo : Julie casse les stéréotypes de l’autisme sur sa chaîne YouTube

le 1 septembre 2016

[Ouest France] Julie Dachez a 27 ans lorsqu’elle se fait diagnostiquer autiste Asperger. Un verdict tardif qui sera accueilli par la Nantaise comme une révélation. Aujourd’hui la jeune femme a 31 ans et souhaite faire connaître ce syndrome au plus grand nombre.

Julie ne ressemble en rien à l’image que l'on se fait d’une personne autiste, et pourtant. Auteure et doctorante en psychologie sociale à Nantes, Julie Dachez a toujours eu un sentiment de décalage. Après plusieurs années passées chez différents psychologues, elle finit par comprendre ce qui ne va pas un peu par hasard. « On m’a longtemps dit que j’étais une personne très anxieuse. Que j’étais en dépression. Ce qui était vrai à l’époque car je ne me sentais pas bien dans ma peau. »

Après être tombée sur le témoignage d’une femme Asperger, Julie a commencé à comprendre. « Je me suis tout de suite reconnue dans ce que j’ai lu. » C’est un bilan complet au Centre Ressources Autisme qui confirme le diagnostic, Julie est autiste Asperger. Mais pour elle, pas question de parler de maladie. Il s’agit d’une « différence de fonctionnement qui est rendue handicapante par l’environnement non adapté ».

Faire connaître sa différence

Lors de son diagnostic, la Nantaise commence à tenir un blog. Une façon pour elle de partager son expérience et son témoignage. « Le blog a rapidement pris de l’ampleur. J’ai commencé à avoir pas mal de témoignages de famille ou de personnes touchées par le syndrome d’Asperger ».

Selon elle, le diagnostic est une étape importante pour un autiste Asperger. Il permet, entre autres, de mettre un mot sur son mal-être et de rencontrer d’autres personnes pour en parler. « Beaucoup de psychologues me disaient que je ne devais pas me coller une étiquette mais les autistes Asperger ont souvent besoin de s’identifier pour aller mieux. »

« Je voulais montrer que je n’étais pas si différente que ça »

Très vite, la jeune femme a ressenti le besoin de communiquer sur le syndrome par un autre moyen. « Le blog ne me suffisait pas, je voulais montrer que je n’étais pas si différente que ça des "non autistes" ». Elle lance alors en 2013, sa propre chaîne YouTube sous le pseudonyme Super Pépette « pour sensibiliser le plus grand nombre. » Elle y explique notamment les caractéristiques d’une personne atteinte du syndrome d'Asperger et tente de démonter  «  les stéréotypes liés à celui-ci ».

 

 

Source Ouest France