Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé > Article : L’e-santé au service de la relation patient-médecin ?

Article : L’e-santé au service de la relation patient-médecin ?

le 5 juillet 2017

[Le Figaro] La médecine est une science qui se nourrit des dernières technologies et elle n’échappe pas à la transformation numérique profonde que notre société va connaître, explique le Pr Pierre Philip (CHU de Bordeaux).

Les dernières études médico-économiques montrent que 70 % des coûts de santé dans les sociétés occidentales vont porter dans les années à venir sur les maladies chroniques non infectieuses (cancer, cardiologie et troubles du métabolisme). Cette inflation des coûts s’explique par un vieillissement de la population et, de fait, un accroissement des traitements dans la durée. Elle intègre aussi une médecine plus intelligente qui va traiter, souvent avec des médicaments plus chers, les patients avant que les complications n’apparaissent. Ce concept de «prévention secondaire», définie par l’OMS comme «des actions destinées à agir au tout début de l’apparition du trouble ou de la pathologie afin de s’opposer à son évolution», est une des clefs de voûte de la médecine personnalisée de demain.

La médecine est une science qui se nourrit des dernières technologies et elle n’échappe pas à la transformation numérique profonde que notre société va connaître. Le décret du 28 avril 2017, publié dans les derniers jours de l’exercice du précédent gouvernement,  légifère sur les nouvelles filières médicales, et on a vu apparaître des formations spécialisées transversales comme la médecine du sport, la nutrition appliquée ou la médecine du sommeil qui portent de nouveaux concepts. La création de ces nouvelles formations démontre bien comment nous sommes passés d’une médecine d’organes (cardiologie, pneumologie, neurologie…) à des médecines transversales qui intègrent des dimensions biologiques mais aussi largement comportementales (activité physique, alimentation ou hygiène du sommeil). Ces nouvelles spécialités médicales sont propices au développement d’une médecine de précision qui combine des biomarqueurs (la glycémie, par exemple), des médicaments (les hypoglycémiants) mais aussi des comportements (par exemple l’activité physique).

Révolution technologique

L’objectif médical et économique de la médecine de précision n’est donc plus de délivrer et de rembourser des médicaments mais plutôt de fournir au patient un maintien d’une glycémie normale qui reposera sur une bonne alimentation, un nombre de pas quotidiens suffisants et, bien sûr, une dose adaptée de médicaments. La matérialisation de cette «solution thérapeutique» va passer par des objets connectés, des systèmes d’information et de décision, et des programmes comportementaux de prise en charge des malades ; ce qui va créer un nouvel eldorado économique pour les entreprises investies dans cette e-santé.

Les grandes majors du numérique (Google, Amazon, IBM…) l’ont bien compris, et ce n’est pas un hasard si le directeur du Google Lab n’est autre que le Dr Thomas Insel, qui a dirigé durant douze années le National Institute of Mental Health (NIMH) aux États-Unis. Ce choix révèle bien que les enjeux de ce marché reposeront autant sur la révolution technologique que sur l’acceptabilité de cette dernière. Les années 2010 ont vu l’avènement de nos objets connectés qui étaient censés ouvrir de nouveaux marchés pour les fabricants d’ordinateurs et de téléphones. Si cette démarche est louable, en particulier dans le cadre de la médecine de précision, elle n’en repose pas moins sur l’idée que le patient va engager une relation privilégiée avec ces objets pour suivre son état de santé. Ce qui est loin d’être un fait acquis, comme le prouve notre expérience sur les dispositifs médicaux.

Source Le Figaro