Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé > Article : Le patient connecté, révélateur des pratiques de demain ?

Article : Le patient connecté, révélateur des pratiques de demain ?

le 10 juillet 2015

[Le Quotidien du Médecin] Les malades chroniques restent encore peu nombreux à utiliser des objets connectés en santé, mais les intentions d’équipement s’annoncent élevées selon une enquête du Lab e-santé. Leurs usages actuels confirment que ces patients souhaitent placer la santé connectée dans le cadre d’un suivi par le médecin.

« Mesure… ou démesure ? », interroge le Dr Nicolas Postel-Vinay en affichant une diapositive qui liste les indicateurs que l’on peut désormais collecter sur un « corps connecté ». Du temps de mastication à la fréquence cardiaque, en passant par les tremblements, la position du dos, le souffle ou – plus courants – la pression artérielle, le poids, la glycémie…il n’y a apparemment plus de frontières à la mise en œuvre de capteurs pour suivre l’état de santé.

« Mais, du point de vue du médecin, ce n’est pas parce qu’un capteur existe qu’il faut l’utiliser et ils restent pratiquement tous à évaluer », prévient le cardiologue de l’HEGP (hôpital Européen Georges-Pompidou), fondateur du site automesure.com. Il souligne par exemple que le contexte dans lequel la mesure est réalisée est primordial. C’est le cas de la pression artérielle, notamment, connu pour le fameux « effet blouse blanche ». Il rappelle aussi que si l’automesure s’est banalisée, pour le suivi de l’hypertension, puisque l’on compte environ 4 millions d’appareils en France, « il nous faut maintenant savoir si la connexion du tensiomètre apporte un bénéfice ». Il n’empêche : il conçoit volontiers que les données collectées par les patients finiront bien par rejoindre les dossiers médicaux professionnels.

Source Le Quotidien du médecin