Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé > Article : Les médecins utilisent de plus en plus Internet pour choisir un traitement

Article : Les médecins utilisent de plus en plus Internet pour choisir un traitement

le 8 février 2017

[Figaro] Près des deux tiers des médecins se connectent pour trouver une aide au diagnostic ou au traitement. Mais ils recommandent rarement à leurs clients d'utiliser des applis ou des objets connectés.

Branchés, les médecins? Plutôt, à en croire le sondage que vient de réaliser le fabricant d'objets connectés Withings avec l'assureur santé MACSF. Ils sont 61% à se connecter dans le cadre de leur activité professionnelle. Et pas uniquement pour utiliser Internet comme une vaste encyclopédie sur telle ou telle pathologie. En ligne, les médecins trouvent d'abord «une aide au traitement», dans 37% des cas. Et ensuite «une aide au diagnostic» (21%).

Mais, s'ils jugent utiles d'êtres eux-mêmes connectés via des applications et des objets tel que les tensiomètres, les médecins y incitent peu leurs malades. Seuls 9% d'entre eux recommandent l'usage d'objets connectés à leurs patients. Et, cela vise essentiellement les malades chroniques, tels que les patients diabétiques qui se voient prescrire des glucomètres connectés.

Attitude ambivalente

En fait, au travers de cette enquête menée auprès d'un millier de généralistes et de spécialistes, l'attitude des médecins paraît surtout ambivalente. Car une écrasante majorité d'entre eux pense que la santé connectée est utile aux patients. Les objets connectés leur permettent de «s'impliquer davantage dans leur maladie» ou «d'adopter de meilleures habitudes», pointe le sondage.

Par ailleurs, même si les objets connectés sont perçus comme un moyen de mieux informer et, dans une certaine mesure de réduire ainsi les hospitalisations, les médecins se méfient de ce qui empiète sur leur activité. Pour bon nombre d'entre eux, il n'est pas question d'abandonner le diagnostic et l'idée d'être remplacés par des outils de décision automatique les laisse sceptiques. Ils s'inquiètent en outre de la préservation du secret médical.

Source Figaro