Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé > Article Scientifique : De la e-psychiatrie à la m-psychiatrie ?

Article Scientifique : De la e-psychiatrie à la m-psychiatrie ?

le 20 mars 2017

[CAIRN] Michel Verpeaux, « De la e-psychiatrie à la m-psychiatrie ? », L'information psychiatrique 2016/6 (Volume 92), p. 435-438.

« Paul se réveille en sursaut au “ding” du SMS que sa toute nouvelle montre connectée vient de recevoir par le relais de son smartphone, suivi de l’habituel “Bonjour Paul, tu as bien dormi ?”…

Cet interlocuteur virtuel lui fait un peu peur, même si c’est le cadeau de ses parents pour ses 35 ans. Ils ont réussi à le convaincre, avec l’aide des infirmières du CMP qui lui rendent visite régulièrement et de son psychiatre, qu’il en avait besoin pour qu’il soit mieux soigné et qu’il soit plus autonome par rapport à son entourage. Mais les voix qu’il entend de temps en temps lui disent le contraire et le menacent de représailles s’il garde ce qu’elles appellent “une machine pour surveiller et contrôler ses pensées”.

Il faut dire que ses parents, avec lesquels il communique très souvent par téléphone, mais qui habitent à 150 km de son appartement, se sont sérieusement inquiétés après sa dernière tentative de suicide, qui a failli réussir, survenue 3 mois après l’arrêt, passé inaperçu, de son traitement contre les hallucinations.

Ils ont donc abonné leur fils à un service de soins mobiles à distance permettant notamment de vérifier la prise de son traitement par la connexion de son pilulier électronique avec une plateforme de santé… ».

Cette petite histoire, fictive bien sûr, illustre à la fois les potentialités bénéfiques de la numérisation de la relation entre une équipe psychiatrique et un patient, psychotique dans notre exemple, et les risques qu’elle entraîne pour le respect de ses droits et de son libre arbitre. Cette dichotomie est encore plus marquée lorsque l’on passe de l’e-psychiatrie1 à la m-psychiatrie2, la psychiatrie à distance grâce à des dispositifs électroniques connectés mobiles. On abordera ainsi, brièvement dans ce texte, les avantages et les risques de cette nouvelle psychiatrie, voire de cette nouvelle « gestion » de la santé mentale, qui semblent malgré toutes les craintes qu’elles suscitent devoir continuer à se développer de fac¸on exponentielle.

Source CAIRN