Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé > Post de Blog : Les applications de la Réalité Virtuelle en psychiatrie sont prometteuses

Post de Blog : Les applications de la Réalité Virtuelle en psychiatrie sont prometteuses

le 16 mai 2017

[Blog Psy et Geek] Différentes recherches montrent que la réalité virtuelle peut être utile dans le traitement d’affections psychiatriques. Une revue de la littérature publiée dans le Havard Review of Psychiatry montre que la Réalité VIrtuelle (RV) peut être utilisée dans le traitement troubles comme les phobies ou les troubles post-traumatiques. 

La questions de l’utilisation des technologies numériques dans les traitements psychothérapeutiques est suffisament importante pour que le Havard Review lui consacre un numéro entier.

L’utilisation de la RV en psychiatrie n’est pas nouvelle. Les psychothérapeutes ont rapidement été intéressés par les utilisations thérapeutiques de la RV. Pour ceux qui travaillent dans le cadre des TCC, la RV d’accompagner le patient dans les situations dans lesquelles il est immergé. Pour le patient et le psychothérapeute, cela apporte une plus grand confort. En effet, il n’est plus nécessaire d’accompagner un patient qui a une phobie de l’avion à l’aéroport le plus proche lorsque toutes les conditions de vol peuvent être simulées avec la RV.

La RV apporte également un plus grand contrôle des situations. Le thérapeute et le patient peuvent doser les situations. Il est possible d’expérimenter un vol calme ou un vol mouvement. Et contrairement à la situation réelle, il est possible d’arrêter le vol à tout moment.

La revue de la littérature de MAPLES-KELLER et ses collègues montre que la RV est efficace pour les troubles anxieux. Cela n’est pas étonnant puisque ces troubles sont créés ou maintenus par un processus d’apprentissage. Il est donc possible par le même mécanisme de diminuer  l’anxiété.

La RV a également été utilisée pour des troubles comme les attaques de paniques, les douleurs chroniques et aiguës, les addictions, les troubles de l’alimentation, ou la schizophrénie avec des bénéfices notables même si la taille modeste des échantillons doit être prise en compte.

Il ne fait pas de doute pour les auteurs de la revue que les médiations technologiques comme la RV ou les applications vont se développer dans les années qui viennent. Au delà de l’intérêt thérapeutique, ils voient un intérêt méthodologique dans l’utilisation de cette médiation. En effet, il est possible d’imaginer des scénari dans lesquels les thérapeutes mettent en commun dans le cloud des informations cliniques ce qui pourront être évaluées par des collégues.  Le numérique pourrait ainsi contribuer au développement d’une psychothérapie fondée sur la preuve. Les thérapeutes psychodynamiciens sont malheureusement pratiquement absents de ce débat. Peu s’intéressent à la RV ou aux applications numériques et encore moins publient sur leurs pratiques. Psychanalystes, encore un effort!

Source Blog Psy et Geek