Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Nul n'est censé ignorer > ANSM : Bien connaitre les risques liés aux médicaments psychotropes en cas de fortes chaleurs

ANSM : Bien connaitre les risques liés aux médicaments psychotropes en cas de fortes chaleurs

le 24 juin 2019

Lors des épisodes de fortes chaleurs, il y a quelques règles à respecter si l'on prend des médicaments, en particulier des médicaments psychotropes. L'Agence nationale de sécurité du médicament (Ansm) propose des recommandations de bonnes pratiques.

L'exposition à de fortes chaleurs constitue une agression pour l'organisme. Parmi les plus graves, il faut citer la déshydratation, un coup de chaleur ou l'aggravation d'une maladie. Selon l'Ansm, "certains médicaments comme les diurétiques augmentent l'élimination d'eau au niveau des reins et peuvent donc majorer le manque d'eau au cours d'une déshydratation liée à une température élevée. La déshydratation peut aussi avoir des conséquences sur l'action de certains médicaments".

D'autres médicaments peuvent inhiber les mécanismes de refroidissement du corps, selon l'Ansm. La transpiration qui joue un rôle essentiel dans le processus de refroidissement lorsqu'il fait chaud, peut alors diminuer. De plus, certains médicaments peuvent aussi aggraver les effets de la chaleur, en abaissant la tension artérielle.

Certains médicaments imposent une vigilance accrue, notamment : 

- les médicaments pour traiter des troubles mentaux : les neuroleptiques peuvent dérégler le thermostat central de l'organisme et provoquer une augmentation de la température ; les sels de lithium peuvent devenir toxiques en cas de déshydratation ;

certains médicaments pour traiter la dépression, la maladie de Parkinson, l’incontinence urinaire ou l’allergie peuvent gêner la transpiration.

Consulter la fiche ANSM Bon usage du médicament en cas de chaleur