Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Nul n'est censé ignorer > Assemblée nationale : Publication du Rapport Wonner-Fiat sur l'organisation de la santé mentale

Assemblée nationale : Publication du Rapport Wonner-Fiat sur l'organisation de la santé mentale

le 23 septembre 2019

Publication du rapport d'information de la mission relative à l’organisation de la santé mentale, présenté le mercredi 18septembre devant la commission des affaires sociales de l'Assemblée nationale par M. Brahim Hammouche (Président) et Mmes Caroline Fiat et Martine Wonner (rapporteures).

"La psychiatrie est en crise, les soignants au bord –  voire pour certains déjà – en épuisement professionnel et les patients en grande souffrance. L’OMS estime qu’une personne sur cinq sera affectée au cours de sa vie par un trouble psychique. Selon les projections du Haut conseil de santé publique (HCSP), les maladies psychiatriques pourraient augmenter de 11 % d’ici 2020. Or, elles représentent déjà la première cause d’entrée en invalidité, et, avec 22,5 milliards d’euros, le plus gros poste de dépenses de l’assurance maladie, sans compter les comorbidités qui aggravent ce poids, devant le cancer (16,8 milliards d’euros) ou les maladies cardio-vasculaires (15,8 milliards d’euros). Les pathologies mentales constituent déjà un fardeau humain, social, économique. La demande en soins psychiatriques est en constante augmentation et croît de 5 % par an essentiellement en ambulatoire.

Les causes de la crise sont multifactorielles et largement partagées avec celles de tout le système de santé : inégale répartition des moyens, désertification médicale, difficultés d’assurer la continuité et la gradation des soins, engorgement des urgences, cloisonnement entre la ville et l’hôpital, cloisonnement entre les disciplines, entre le somatique et la psychiatrie et même au sein de la santé mentale elle-même. À ces éléments s’ajoute une organisation territoriale peu efficiente, extrêmement complexe, illisible et à bien des égards peu cohérente et peu ou mal coordonnée par la puissance publique.

C’est pourquoi la mission préconise une réorganisation territoriale de l’offre de soins autour du patient, qui doit en plus être territoriale et en responsabilité populationnelle.

Lire la suite sur le site de l'Assemblée nationale