Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Nul n'est censé ignorer > DRESS : L’état de santé de la population en France - 2017

DRESS : L’état de santé de la population en France - 2017

le 2 juin 2017

[DRESS] Cette édition 2017 du rapport L’état de santé de la population en France conjugue des approches transversales, par population, par déterminants et par pathologies, pour illustrer l’état de santé globalement bon des Français. Il met également en lumière les principaux problèmes de santé auxquels est confronté notre pays et auxquels les politiques publiques doivent répondre.

Le focus Santé mentale : 

 

Une fréquence importante des troubles mentaux  

Au  niveau  mondial,  l’OMS  considère  que  cinq  des  dix  pathologies  les  plus  préoccupantes  au   xxi e  siècle relèvent des troubles mentaux  : schizophrénie, troubles bipolaires, addictions, dépression  et troubles obsessionnels compulsifs. Elles sont responsables de la majeure partie de la mortalité  par suicide, d’incapacités et de handicaps lourds ainsi que d’une qualité de vie détériorée pour  les personnes atteintes. Le diagnostic et la prise en charge précoces des troubles permettent de  diminuer les répercussions de ces pathologies sur la vie de l’individu et de ses proches. En 2014,  environ 350  000  patients ont été hospitalisés dans un établissement psychiatrique public ou privé  et/ou suivis en ambulatoire dans le secteur public pour troubles dépressifs, ce qui représente 17  %  de l’ensemble des patients pris en charge dans ces établissements et correspond à un taux de  recours de 5,3 pour 1  000  habitants. Le recours des femmes est 1,7  fois plus important que celui  des hommes. Pour cette même année, 216  000  personnes, soit 3,4  personnes pour 1  000  habitants  ont été identifiées comme souffrant de troubles bipolaires et ayant eu recours au système de soins.  Le taux de prise en charge est en moyenne 1,6  fois plus élevé chez les femmes. Concernant les  troubles psychotiques, ce sont 7,4  personnes pour 1  000  habitants qui ont été prises en charge en  2014 (pour schizophrénie pour la moitié d’entre elles). Ce recours pour troubles psychotiques est,  tous âges confondus, plus fréquent de 30  % chez les hommes par rapport aux femmes, et de 80  %  pour la schizophrénie. Alors que la mortalité par suicide est 3  fois plus élevée chez les hommes,  les tentatives de suicide concernent plus les femmes que les hommes, qu’on les estime via des  enquêtes déclaratives en population générale ou des données d’hospitalisation. Le taux d’hospitalisation pour tentative de suicide est de 159 pour 100  000  habitants en 2014. Les adolescentes de  15 à 19 ans représentent le groupe le plus concerné par ces tentatives.

Source DRESS