Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Nul n'est censé ignorer > HAS : Guide en 4 étapes pour développer la conciliation médicamenteuse

HAS : Guide en 4 étapes pour développer la conciliation médicamenteuse

le 30 janvier 2017

[Santé Mentale] La Haute Autorité de santé (HAS) s'empare de la question des erreurs médicamenteuses. Elle publie un guide sur le processus d'implantation d'une démarche de conciliation en établissement de santé. Une activité qui nécessite une articulation ville/hôpital ainsi qu'une coopération entre différents professionnels de santé.

La Haute Autorité de santé (HAS), sur la base notamment des expérimentations Med'Rec, propose ses clés pour mettre en place une démarche de conciliation médicamenteuse en établissement de santé. Selon différentes études citées par la HAS, entre 5 et 10% des erreurs médicamenteuses sont susceptibles d'avoir une conséquence grave. Pour maîtriser ce risque, elle propose un guide en quatre parties : appréhender, comprendre, mettre en œuvre, concilier en pratique. L'autorité indique que ce guide "n'est pas opposable " et doit être "adapté ".

Huit étapes préalables

Avant la mise en œuvre, le guide précise huit étapes pour implanter la démarche. Tout d'abord, le projet doit être institutionnalisé par la désignation d'une équipe projet. Cette dernière définit la phase pilote ainsi que les critères d'éligibilité des patients (âge, pathologie, services de soins, etc.). La préparation passe également par la définition de la communication ainsi que des modalités d'évolution du système documentaire et du système d'information. Les freins — formation insuffisante, manque de ressources, résistance des professionnels de santé, etc. — et les leviers — intérêt des professionnels de santé, pharmacie clinique, culture de la sécurité, etc. —, sans oublier le programme d'amélioration de qualité et de sécurité des soins, sont les derniers éléments à prendre en compte avant l'implantation.
Pour la phase de déploiement, le calendrier, l'organisation de la formation des professionnels, la formalisation des outils ou la détermination des indicateurs (activités, performance) sont à définir à l'avance. Pour la pratique en elle-même, la HAS propose une série de mise en situation dans différents services ou structures : SSR, psychiatrie, urgences, HAD, gériatrie, etc.

Trois objectifs

Les trois objectifs de la conciliation sont, pour la HAS, la "réduction des erreurs ", la "diminution des hospitalisations " et "la continuité avec la ville ". Cette démarche répond également à des attentes des professionnels, sur la bibliographie ou la place du patient, comme des usagers, à propos de la concertation ou la prise de conscience de la complexité du parcours de soins. La HAS prévient que son guide n'aborde pas plusieurs thématiques, comme les programmes de formation, l'annuaire des différentes expériences ou l'appui au développement des systèmes d'information.

Conciliations proactive et retroactive

La HAS détaille deux types de conciliation. La proactive, qui a lieu avant la prescription, et la rétroactive, qui se tient après la prescription. Dans les deux cas, les changements opérés doivent être documentés. Par ailleurs, la fiche de rétrocession peut être jointe à la feuille de liaison en représentant son volet médicaments. La HAS souligne que cette conciliation n'est pas une analyse pharmaceutique de l'ordonnance ni une éducation thérapeutique du patient. Il ne s'agit pas non plus de la réduire à une analyse des bénéfices et des risques ou à une substitution avec un médicament générique ou un biosimilaire.La procédure de conciliation se déploie en quatre étapes différentes. Tout d'abord, un ou plusieurs professionnels de santé recueillent les informations nécessaires à cette démarche. Vient ensuite le temps de la synthèse de ces informations, en croisant les données. La HAS souhaite que le pharmacien clinique se charge de cette étape mais elle peut également être du ressort du prescripteur. Le bilan tiré de cette synthèse est alors validé par un professionnel de santé. Enfin, ce bilan est partagé et exploité par les professionnels de l'établissement, notamment dans le cadre de la feuille de liaison.Télécharger le guide de l'HAS Source Santé Mentale