Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Nul n'est censé ignorer > Ministère de la Santé : Prévention des troubles du comportement alimentaire chez les jeunes

Ministère de la Santé : Prévention des troubles du comportement alimentaire chez les jeunes

le 29 août 2017

La loi n° 2016-41 de modernisation de notre système de santé contient des dispositions aux articles 19 et 20 ayant trait aux mannequins et à leur santé. Ces deux types de dispositions visent à donner une image du corps dans notre société plus réaliste afin de mettre fin à l’incitation à la maigreur extrême, voire à l’anorexie, chez les jeunes les plus fragiles qui sont sensibles à un idéal de beauté inaccessible.

Les textes d’application de ces deux mesures sont parues au JO du 5 mai 2017 : le décret n°2017-738 introduit l’obligation d’apposer la mention "photographie retouchée" dès lors que la silhouette des mannequins a été affinées ou épaissies par un logiciel de traitement dans les photographies à usage commercial qui en sont faites. Par ailleurs, l’arrêté du 4 mai 2017 relatif au certificat médical permettant l’exercice de l’activité de mannequin permet aux médecins, dans le cadre des services de santé au travail et donc de la prévention des risques professionnels, de vérifier, à travers la délivrance d’un certificat médical tous les deux ans, que l’évaluation de l’état de santé des mannequins, notamment au regard de leur indice de masse corporelle, leur permet l’exercice de leur profession.

L’obligation posée par l’article 20 de la loi n° 2016-41 du 26 janvier 2016 de détenir un certificat médical, vise en premier lieu la protection de la santé des mannequins en faisant en sorte que ceux-ci ne soient plus incités à maigrir de manière excessive et au préjudice de leur santé afin de favoriser leur entrée dans la profession et pour conserver leur emploi par la suite. La loi vise également à agir sur l’image du corps dans la société pour éviter une image du corps idéalisée et prévenir l’anorexie chez les jeunes. Selon la Haute Autorité de Santé, l’anorexie affecterait entre 0,9 % à 1,5 % de population générale, majoritairement des jeunes femmes et des jeunes filles. Pour ce qui concerne la prévalence globale de la maigreur, elle aurait globalement diminué à l’exception des filles âgées de 13-17 ans chez lesquelles la maigreur serait devenue plus fréquente (14,9 %).

Source Ministère de la Santé