Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Paroles de... > Article : L’association Frontières invisibles veut changer l’image du handicap psychique

Article : L’association Frontières invisibles veut changer l’image du handicap psychique

le 6 novembre 2015

[Paris Normandie] Préjugés. Actrice du champ médico-social, l’association Frontières invisibles travaille sur la reconnaissance du handicap psychique.

«Réhabiliter, réadapter plutôt que séparer et enfermer les personnes sujettes aux troubles psychiques   » , voilà le parcours semé d’embûches entamé en 1948 avec la création de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Dans les années 1840, les patients atteints de maladies mentales étaient presque systématiquement placés à l’asile, privés d’autonomie, de leurs biens. On les mettait « chez les fous ».

À l’heure actuelle, même si leur condition n’a plus aucune commune mesure avec cette époque, les personnes «   en situation de handicap mental   »  doivent toujours faire face au regard porté par le reste de la société, un regard mal adapté car ces personnes sont parfois atteintes de maladies « non visibles ». Depuis deux ans, un groupe de bénévoles rouennais, conseillé par le docteur Fethi Bretel, médecin psychiatre coordonnateur du réseau de santé RéPsyRED76 , s’efforce de combattre les préjugés, soulever les tabous et faire tomber les frontières entre les individus.

Source Paris Normandie

Rectificatif apporté par Frontières invisibles :

1/ La loi de 2005 reconnait la personne en situation de handicap psychique et la personne en situation de handicap mental. 2/ Le Dr Bretel ne "conseille" pas les bénévoles. Il est membre de l'association et nous travaillons en coopération avec le RepsyRED76. Nous sommes particulièrement attentifs aux stigmates du paternalisme médical et privilégions le pouvoir d'agir, le rétablissement, les partenariats, collaborations et coopérations.