Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Paroles de... > Communiqué : Monsieur le Député, arrêtons de parler de schizophrénie à tort et à travers

Communiqué : Monsieur le Député, arrêtons de parler de schizophrénie à tort et à travers

le 6 janvier 2017

Un député de La Réunion a dit "La schizophrénie, ce n’est pas un projet politique". L'Unafam prend position.

« La schizophrénie, ce n’est pas un projet politique » a lancé récemment un député réunionnais, en critiquant un candidat à l’élection présidentielle. Le grand public a vaguement compris que cet élu critique l’incohérence du candidat, qui veut supprimer l’article 49.3 de la Constitution (pour imposer une loi sans vote) après l’avoir utilisé à son profit.

Mais la schizophrénie n’est pas synonyme d’incohérence ni même de dédoublement de personnalité. La schizophrénie est une maladie grave, qui se manifeste par de nombreux symptômes (le dédoublement de personnalité n’y figure pas systématiquement), et qui concerne au moins 1% de la population, soit plus de 8000 Réunionnais.

Encore une fois, l’Union nationale de familles et amis de personnes malades et/ou handicapées psychiques (Unafam) regrette l’usage mal approprié du mot « schizophrénie » qui contribue à lui donner une fausse image. Une personne schizophrène peut avoir des comportements cohérents tout en souffrant énormément. L’Unafam 974 demande donc aux élus politiques de mieux s’informer sur cette maladie, afin de ne pas en parler n’importe comment : c’est un bon début pour aider les malades et leurs familles… qui sont aussi des électeurs.

La schizophrénie n’est pas un projet politique, encore moins une étiquette facile pour tout ce qu’on rejette.

Source Unafam