Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Paroles de... > Entretien : Comment nous souviendrons-nous du 13 novembre 2015 ?

Entretien : Comment nous souviendrons-nous du 13 novembre 2015 ?

le 17 novembre 2017

Le neuropsychologue Francis Eustache, qui coordonne une vaste étude sur la mémoire de ces attentats, était aujourd'hui l'invité du Magazine de la santé. 

C’est un programme de recherche d’une nature et d’une ampleur inédite. Baptisé "13 novembre", il regroupe des spécialistes des neurosciences, ainsi que des sciences humaines et sociales, pour étudier les conséquences des attentats survenus il y a deux ans "sur la construction des mémoires individuelles et collectives".

Les chercheurs ambitionnent de suivre sur une décennie 1000 Français, au nombre desquelles des personnes qui ont été en contact direct avec les attentats – personnes présentes au Bataclan, sur les terrasses, personnes touchées physiquement –, des personnes des quartiers touchés, de la région parisienne, et enfin des personnes d’autres régions.

Ces personnes seront interrogées, dans le cadre d’entretiens filmés en 2016, 2017, 2020 et 2025. Les intervenants – historiens, sociologues, anthropologues ou psychologues – ont tous été formés à la conduite de ce type d’entretiens, notamment auprès de personnes directement touchées par les évènements.

État de stress post-traumatique

L’un des volets de l’étude concerne la question du stress post-traumatique des personnes qui ont été au plus près des évènements. "Nous allons en particulier étudier les capacités qu’ont les sujets à contrôler ce que l’on appelle les « intrusions », [les pensées traumatiques] qui s’imposent aux sujets, et [dont ils n’arrivent] pas à se détacher", précise le neuropsychologue Francis Eustache, co-coordinateur du programme. L’objectif est de déterminer les facteurs qui facilitent ou entravent la résilience, autrement dit de résister à cet état de stress post-traumatique.

Source Allo Docteurs