Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Paroles de... > Entretien : "Il faut réfléchir à une psychiatrie plus humaine, moins axée sur la sécurité", Adeline Hazan

Entretien : "Il faut réfléchir à une psychiatrie plus humaine, moins axée sur la sécurité", Adeline Hazan

le 14 janvier 2019

Contrôleuse générale des lieux de liberté depuis plus de quatre ans, Adeline Hazan alerte sur la baisse des effectifs et sur les dérives en cours dans certains établissements.

Adeline Hazan, contrôleuse générale des lieux de privation de liberté, a visité un nombre important d’hôpitaux psychiatriques. Elle a de ce fait une perception précise de la situation actuelle. Et, à plusieurs reprises, elle a alerté les pouvoirs publics sur des pratiques contraires aux droits humains.

L’importance de la contention et des mesures d’isolement dans les hôpitaux psychiatriques est-elle un symptôme de la crise que traverse la psychiatrie publique ?

Oui. Car elle atteste deux choses. D’abord, un problème d’effectifs : ces derniers ont considérablement baissé, ce qui induit des tensions et provoque un manque de temps pour que le personnel puisse apaiser certains malades en crise. Au final, cela entraîne un recours plus important à des mesures de contention, et cela malgré le cadre qu’a fixé la loi de janvier 2016. En second lieu, il y a un problème de culture. Une véritable réflexion pour que ces pratiques soient réellement utilisées en dernier recours est menée dans certains établissements, mais elle est absente ailleurs.

Lire la suite sur Libération