Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Paroles de... > Entretien : « La santé mentale doit être une priorité » selon Nicolas Franck, psychiatre

Entretien : « La santé mentale doit être une priorité » selon Nicolas Franck, psychiatre

le 14 mai 2020

Chef de pôle au centre hospitaliser Le Vinatier, à Lyon, Nicolas Franck pilote une étude pour évaluer les conséquences du confinement sur notre santé mentale. Il alerte sur la survenue prévisible de troubles anxieux ou dépressifs. 

Le psychiatre et chef de pôle au centre hospitaliser Le Vinatier, à Lyon, Nicolas Franck, a souhaité créer une étude pour évaluer l'état de notre santé mentale à l’épreuve du confinement imposé par l'épidémie de Covid-19. 

Le Pr Franck, également responsable du centre ressource de réhabilitation psychosociale et de remédiation cognitive, revient sur les premiers résultats traités, ceux concernant la deuxième semaine du confinement, dans un entretien accordé au magazine Politis, mis en ligne le 4 mai. 

À quoi peut-on s'attendre à la sortie du confinement ? "Nous nous attendons à ce qu’une partie de la population développe des troubles mentaux classiques, c'est-à-dire des troubles anxieux ou dépressifs, indique le Pr Franck. Lorsque vous avez affaire à quelque chose qui vous a inquiété pendant des semaines, dans de mauvaises conditions et que vous avez ruminé ça en boucle, vous avez passé le seuil d'un trouble anxieux. Ce n'est pas forcément un syndrome de stress post-traumatique, qui, lui, se déclare plutôt dans le cas où il y a la sensation d'une mort imminente".

Lire l'entretien sur le site du magazine Politis