Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Paroles de... > MHE : Le traitement psychiatrique obligatoire et ses alternatives – démêler le vrai du faux

MHE : Le traitement psychiatrique obligatoire et ses alternatives – démêler le vrai du faux

le 18 janvier 2017

Mental Health Europe propose un éclairage sur la question

Qu’est-ce que le traitement psychiatrique obligatoire ?

S’il existe différent es dé initions  du traitement  psychiatrique  forcé ou  obligatoire dans  les  différent es législations  national es ,  cette formule est celle que l’on utilise en général lorsque quelqu’un est soumis à  un traitement médical  contre sa volonté .  A cet égard,  la  psychiatrie représente une exception claire car  les  autres  domaines médicaux  n’autorisent  généralement pas  le  traitement  forcé . 1 Les  types  de  traitements  forcés sont  variables,  et  ne  se  déroulent  pas  que  dans  les  hôpitaux – les  médicaments psychotropes peuvent être imposés aux patients au sein d’autres  institutions,  ainsi que dans leur propre  foyer .  Le p lus souvent, le traitement  coercitif entraîne  l’ administration  de médicaments psychiatrique s,  mais des mesures physiques sont parfois appliquées également , telles que  l’immobilisation, l’isolement,  le   lit - cage   ou   le   lit à  filet  et l’électrochoc.  Dans   la   plupart   des   pays  européens ,  le  traitement  psychiatrique obligatoire est autorisé par la loi .  Les règles d’ application  de ce traitement varient de pays  en  pays .  De  telles  mesures  sont  soit  ordonnées  par  un  tribunal,  soit basées  sur les  évaluations  de  professionnels  de  la  santé ou  des  médecins  généralistes .  Dans  certains  pays,  plusieurs  avis  sont  nécessaires ,  dans d’autres un seul suffit .  La durée du traitement est variable, ainsi que  la  possibilité  de  sa  révision

Quand  on  essaie  de  comprendre  ce  que  signifie “ traitement  psychiatrique  obligatoire ”, il faut te nir  compte  des  différences  de perspectives  des professionnels  de  la  santé et  des patients.  Alors  que  pour  les  médecins,  les  infirmières  ou  les  membres  du  pouvoir  judiciaire ,  le  traitement  non  volontaire représente une forme de  traitement médical ,  les personnes soumises à un traitement  coercitif le vivent  comme  une  grave restriction  de  leur  liberté  individuelle .  Beaucoup  se  sentent  menacés  par  des  décisions  concernant  leur  vie  prises  sans  leur consentement . Certains,  qui  ont  subi  un  traitement  obligatoire, doutent  de  son  objectif  global : “ La vérité, c’est qu’on ne peut pas me guérir sans ma  coopération, ce n’est pas possible. La guérison forcée, ça n’existe pas.

Dans la plupart des  systèmes juridiques  européens ,  la base du traitement obligatoire est la présomption que  la  personne  concernée  présente  un  risque  élevé envers  elle - même  ou  envers  les  autres .  Dans  d’autres cas ,  des  personnes  sont  obligées  de  suivre  un traitement parce qu’elles ont déjà fait quelque  chose qui  les qualifiait comme “ dangereuses” envers les autres ou envers elles - mêmes – quelque chose  d’aussi bénin que se mêler à une dispute et utiliser un langage cru, ou d’aussi grave qu’ une tentative de suicide.  De  tels  comportements peuvent  être liés  à  la  souffrance des  personnes ou  même  à  des caractéristiques purement culturelles.

Source Mental Health Europe