Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Paroles de... > Témoignage : "Atteint d'un trouble bipolaire, j'ai mis 11 ans à retrouver un emploi stable"

Témoignage : "Atteint d'un trouble bipolaire, j'ai mis 11 ans à retrouver un emploi stable"

le 18 janvier 2017

[L'Express] En juillet 2005, Robert* est diagnostiqué d'un trouble bipolaire. En quelques semaines, sa vie bascule. Il s'éloigne peu à peu du monde professionnel. Pendant plus de 10 ans, il travaillera à s'y réinsérer. Un exploit qu'il doit en partie au ClubHouse, l'association qui l'a accompagné.

J'ai été diagnostiqué d'un trouble bipolaire en juillet 2005 après une phase de "décompensation maniaque" pendant laquelle j'ai eu des hallucinations et des délires. Il n'y avait pas eu d'autres signes avant-coureurs, à l'exception d'une dépression traversée cinq ans auparavant. 

Sans crier gare, cet épisode m'a conduit à arpenter les rues de ma ville jusqu'à ce que la police municipale ne m'interpelle et ne me conduise à l'hôpital où je suis resté durant sept semaines. A l'époque, j'étais déjà père et je travaillais comme responsable commercial et chef des ventes dans une filiale appartenant à un groupe du CAC 40. Je laissais donc toutes mes responsabilités -une équipe à gérer, des clients à satisfaire, et pas mal de stress- derrière moi.

Compliqué d'expliquer un trou dans un CV

Je suis resté en maladie durant onze mois, au bout desquels je craignais que mon employeur ne tente de me licencier. Pour échapper mon destin, j'ai demandé au médecin du travail de certifier de mon aptitude à travailler, en vain. Mon employeur ne voulait pas courir le risque d'avoir à nouveau des clients mécontents face à mon comportement parfois étrange. Mon entreprise m'a proposé de me faire aider par des consultants pour réintégrer rapidement le marché du travail. J'ai refusé.  

Je suis resté deux ans sans emploi, tout en passant des entretiens. Diplômé d'une grande école de commerce, mon parcours était très satisfaisant. Mais plus le temps passait, plus il était compliqué d'expliquer le trou dans mon CV. De plus, j'avais pris beaucoup de poids à cause des médicaments -pouvant être interprété comme du laisser-aller par le recruteur- et je n'arrivais pas à justifier le motif de la rupture d'avec mon ancien employeur. A l'exception d'un contrat de six mois, non reconduit, je ne suis pas parvenu à revenir à l'emploi.

Je dissimulais ma pathologie

J'ai donc décidé de reprendre mes études fin 2009. Un Mastère spécialisé en énergies renouvelables dans une grande école d'ingénieurs m'a conduit à retrouver un emploi en 2012. Je suivais mon traitement à la lettre, j'étais bien entouré: aucune rechute à déplorer. Cependant, je culpabilisais de ne pas avoir dit la vérité à mon patron et je sentais un drôle de regard sur moi [l'hypersensibilité est une caractéristique du trouble bipolaire ]. 

Source L'Express