Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Pour en savoir plus > Agora débats/jeunesses n°71 : Handicap, passage à l'âge adulte et vulnérabilités

Agora débats/jeunesses n°71 : Handicap, passage à l'âge adulte et vulnérabilités

le 4 novembre 2015

[INJEP] L'ambition de ce numéro est d'étudier les conditions de transition vers l'âge adulte des jeunes handicapés et de cerner les dynamiques de vulnérabilisation qui participent au processus de production du handicap, dis ans après la promulgation de la loi du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la praticipation et la citoyenneté des personnes handicapées.

Dossier

Handicap, passage à l'âge adulte et vulnérabilités
Un dossier coordonné par Philippe Cordazzo  et Serge Ebersold

Le passage à l’âge adulte des jeunes à besoins éducatifs particuliers s’avère particulièrement difficile tant les conditions régissant leur passage de l’enseignement secondaire vers l’enseignement supérieur et vers l’emploi sont particulières. Ce texte considère les formes d’affiliation qu’ils ont pu expérimenter à l’issue du lycée au regard, notamment, de leurs trajectoires scolaires associées aux stratégies d’accompagnement développées au cours de leur année de terminale et des modalités de transition définies. Il rend ainsi compte des mécanismes intervenant dans le processus de production du handicap, ainsi que ceux présidant aux inégalités entre ce groupe de jeunes et l’ensemble de la population.

À partir du volet Ménages de l’enquête Handicap-santé, cet article s’attache aux jeunes de 15 à 24 ans reconnus handicapés en France en 2008. Après avoir dressé un portrait de ces jeunes, l’auteure analyse les difficultés d’accessibilité qui pourraient avoir une influence sur les différentes étapes de leur passage à la vie adulte. Ces difficultés, rencontrées sur l’ensemble de la chaîne du déplacement, sont ainsi abordées et mises en lien avec les écarts observées entre ces jeunes et ceux sans reconnaissance officielle de handicap, en termes principalement de mise en couple et d’entrée dans la vie active.

Si la loi du 11 février 2005 pose la question de la participation effective des personnes handicapées à la construction de leur citoyenneté, l’organisation d’une scolarité adaptée répondant aussi aux besoins des jeunes adultes en termes d’insertion sociale et professionnelle se doit d’être pensée, comme le précise le code de l’éducation. Bien que le nombre de jeunes présentant une déficience mentale ou encore des troubles des fonctions cognitives soit en constante évolution, depuis la mise en place de cette loi, ces derniers restent « vulnérables », au sens où ils ne parviennent pas totalement à s’emparer de leur propre existence quand il s’agit de penser leur projet professionnel. 

Cet article rappelle d’abord l’importance de la proximité entre les parcours de vie de la jeunesse populaire et ceux de la jeunesse handicapée. Elles sont l’une et l’autre confrontées à des conditions très comparables, notamment au moment du passage à l’âge adulte. L’analyse se resserre ensuite sur ce qui constitue l’une des spécificités des trajectoires de cette jeunesse handicapée. La « gestion bureaucratique des biographies » à laquelle celle-ci est confrontée lui impose une temporalité où sont sans cesse repoussées les étapes constituant idéalement la transition vers l’âge adulte, et tend à l’exclure d’expériences socialisatrices parmi les plus communes. 

Cet article vise à appréhender les rapports à la vie professionnelle de jeunes handicapés sortis de l’enseignement supérieur depuis peu. Il s’agit de comprendre le sens des exigences qu’ils formulent relativement au travail et à l’emploi. Cinq principes sont étudiés : chercher un emploi à temps partiel, se préserver tout en faisant carrière, chercher un emploi dans une grande entreprise, limiter les relations sociales et les activités d’encadrement ainsi qu’accorder ou non une place au handicap dans les missions du travail. Ces exigences nous renseignent sur la diversité des expériences du handicap et sur les ajustements opérés par les enquêtés entre le travail et les autres sphères de la vie. 

Source INJEP