Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Pour en savoir plus > Article : Qui traite les pathologies somatiques et les troubles associés des enfants autistes ?

Article : Qui traite les pathologies somatiques et les troubles associés des enfants autistes ?

le 18 janvier 2017

[CAIRN] Au sommaire du dernier numéro de l’année 2016 de la revue Santé publique, un article consacré à la prise en charge des pathologies somatiques des enfants autistes.

Le jardin d’enfants thérapeutique (JET) du Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Saint-Étienne organise des soins pluridisciplinaires et spécialisés pour les enfants autistes âgés de trois à six ans. L’observation de nombreuses pathologies somatiques chez ces jeunes patients conduit les pédopsychiatres à réfléchir sur la cohérence et l’articulation de leurs suivis somatiques ambulatoires.

Objectif : Recueil de témoignages de médecins généralistes et de pédiatres libéraux d’enfants soignés au JET concernant leur prise en charge en soins primaires.

Méthodes : Étude qualitative menée auprès de quinze médecins, exerçant en cabinet libéral ou en service de protection maternelle et infantile, désignés par les familles d’enfants soignés au JET en 2014 et le pédiatre du CHU chargé du bilan étiologique de l’autisme des enfants admis dans l’unité.

Résultats : Tous les médecins interrogés rapportent des obstacles liés à la pathologie autistique avec un examen clinique difficile et des consultations plus longues et laborieuses. Face à ces situations complexes, les praticiens privilégient une relation de confiance, adaptent leur cadre de travail et s’appuient sur les savoir-faire parentaux. Une représentation erronée des soins reçus au JET (conviction de la prise en charge globale, somatique et psychique) est souvent observée et laisse s’installer un malentendu entre les médecins libéraux et les spécialistes institutionnels.

Discussion : Ce travail met au jour les conditions limitant l’accès aux soins primaires : la sévérité des troubles autistiques, l’évitement implicite de tâches entre les médecins, l’épuisement des familles qui ne coordonnent pas les différentes prises en charge et des relations interprofessionnelles tendues.

Source CAIRN