Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Pour en savoir plus > Barométre Fondation Farlet : La santé mentale dans la sphère professionnelle

Barométre Fondation Farlet : La santé mentale dans la sphère professionnelle

le 23 mars 2017

73% des Français pensent qu’un problème de santé mentale reste compatible avec une activité professionnelle. Voici un des résultats du baromètre FONDATION FALRET / IPSOS réalisé en mars 2017 qui a été présenté lors d’une table ronde organisée le 14 mars à Paris.

Ce baromètre permet d’évaluer quelles sont aujourd’hui les perceptions des Français sur la santé mentale, plus spécifiquement dans la sphère professionnelle, leur degré d’information et de connaissance, alors que plus d’1 Français sur 5 est aujourd’hui concerné au cours de sa vie par un problème de santé mentale.  Nous pouvons ainsi constater que l'identification des problèmes de santé mentale s'améliore, même si l'image des malades, elle, reste négative.

Santé mentale, le parent pauvre de la santé dans son intégration sociale et professionnelle

Isolement, dificultés à obtenir des responsabilités, perte de confiance en ses capacités... Les résultats de ce baromètre montrent que l’impact des problèmes de santé mentale dans l’environnement professionnel est incontestable.  Ainsi, près de 90% des Français estiment que les organisations professionnelles ne sensibilisent pas à la santé mentale, et 73% des sondés jugent que les personnes concernées sont contraintes de cacher leur maladie pour tenter de se maintenir ou retrouver une activité professionnelle.

Selon les personnes interrogées à l’occasion de ce baromètre, il existe un manque manifeste de sensibilisation aux questions de santé mentale à l’échelle de la société. Ce constat est encore plus flagrant au niveau des entreprises. Il ressort de ce baromètre que les entreprises ont un rôle à jouer en ce qui concerne la prise en compte de la santé mentale.

Les Français estiment que les employeurs doivent jouer un rôle de prévention,d’information et d’identification des troubles psychiques en entreprise, mais surtout mieux accompagner les salariés concernés par ces troubles. Selon elles, l’entreprise doit développer des solutions pour améliorer la prise en charge et le maintien dans l’emploi de ces personnes dans le monde professionnel : adaptation des postes de travail, méthodes de management…

Il est temps que soient mises en oeuvre des solutions adaptées au maintien et au retour en emploi de celles et ceux qui ont, du fait d’une maladie psychique, été mis à l’écart. Car il est essentiel de permettre aux personnes touchées par un problème de santé mentale d’exercer une activité professionnelle. Cette activité a des effets bénéfiques sur la santé mentale, notamment grâce à l’inclusion sociale, le sentiment d’appartenance et d’utilité ou encore l’estime de soi, générés par son travail.

Si l’on sait que les contraintes économiques imposent la performance, les qualités humaines qui permettent de prendre soin des professionnels constituent le plus souvent la première richesse de l’entreprise.  Elles doivent être mises en valeur. Ce sont souvent elles, au final, qui font la différence et permettent de se démarquer.

Consulter les résultats

Source Fondation Farlet