Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Pour en savoir plus > Étude : Autisme, l'interaction de deux facteurs multiplie le risque par 10

Étude : Autisme, l'interaction de deux facteurs multiplie le risque par 10

le 29 juin 2017

[Psychomédia] Les enfants ayant des niveaux élevés de variations génétiques et d'exposition à l'ozone ont un risque beaucoup plus élevé d'autisme que ce qui serait attendu en additionnant les effets séparés de ces deux facteurs, selon une étude publiée dans Autism Research.

Scott B. Selleck de l'Université d'État de la Pennsylvanie et Irva Hertz-Picciotto de l'Université de Californie à Davis ont, avec leurs collègues, mené cette étude avec 158 enfants atteints d'autisme et 147 enfants au développement normal.

Ils ont examiné les variations génétiques et l'exposition de la mère pendant la grossesse à cinq types de pollution de l'air : celle liée à la circulation, l'oxyde d'azote, deux tailles de particules fines et l'ozone. Pour ce, ils ont utilisé les données de la U.S. Environmental Protection Agency (EPA).

L'évaluation de chacun de ces facteurs pris isolément a montré que les variations génétiques et les particules fines avaient le plus grand impact sur le risque d'autisme.

Alors que l'évaluation des interactions a montré un effet important de l'ozone chez les enfants portant les variations génétiques. L'ozone à lui seul avait très peu d'effet sur le risque. Les interactions entre les autres facteurs, même ceux ayant les plus grands effets individuels, avaient très peu d'effet sur le risque.

Un risque multiplié par 10 était constaté chez les enfants faisant partie des 25 % ayant les niveaux les plus élevés de variations génétiques et des 25 % les plus exposés à l'ozone comparativement à ceux faisant partie des 25 % ayant les niveaux les plus faibles de ces deux facteurs, rapporte Selleck.

L'ozone n'avait pas été associé au risque d'autisme précédemment, ce qui montre l'intérêt d'étudier les interactions entre les facteurs génétiques et les facteurs environnementaux, souligne Heather Volk de l'Université Johns Hopkins, coauteure.

Les chercheurs font l'hypothèse que cet effet pourrait résulter du fait que l'ozone est un agent oxydant et est connu pour produire des espèces réactives d'oxygène, comme les peroxydes, qui provoquent un stress cellulaire et peuvent altérer la fonction cellulaire de plusieurs façons. Les niveaux élevés de variation génétique peuvent indiquer un état vulnérable par rapport au type de dommage que l'ozone peut causer.

Source Psychomédia