Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Pour en savoir plus > Étude : Haut risque de suicide à la sortie de l’hôpital psychiatrique

Étude : Haut risque de suicide à la sortie de l’hôpital psychiatrique

le 31 octobre 2016

[JIM] La période suivant immédiatement une hospitalisation en milieu psychiatrique est à très haut risque suicidaire. On admet qu’environ un tiers de l’ensemble des suicides chez les malades mentaux se produisent dans les 3 mois après la sortie d’un établissement psychiatrique et que 0 ,3 à 3 % des patients meurent par suicide dans les années suivantes.

Le risque suicidaire est particulièrement élevé en cas de trouble dépressif majeur mais est aussi conséquent en cas de schizophrénie, atteinte bipolaire ou de toxicomanie. On manque toutefois de données précises sur le risque relatif en fonction des différentes pathologies et comorbidités psychiatriques.

Une étude a donc été entreprise, dont le but a été de quantifier le risque de suicide dans les 90 jours suivant la sortie d’un hôpital psychiatrique, chez des patients souffrant de troubles mentaux et de le comparer à celui de patients hospitalisés pour une pathologie non psychiatrique ou à celui de la population générale US. Il s’agit de l’analyse rétrospective d’une vaste cohorte longitudinale nationale de près de 1,9 millions d’adultes hospitalisés entre le 1er janvier 2001 et le 31 Décembre 2007 dans le cadre de Medicaid.

Seuls sont concernés les individus âgés de 18 à 64 ans, hospitalisés pour la première fois en psychiatrie pour une durée de 1 à 30 jours et non transférés, à leur sortie, en institution. Les pathologies retenues sont les troubles dépressifs et bipolaires, la schizophrénie, les toxicomanies, également des troubles mentaux divers et les cas d’automutilation volontaire. L’ensemble des données recueillies ont été dépouillées entre le 5 mai 2015 et le 6 Juin 2016 et comparées à celles issues de la population générale hospitalisés durant la même période pour des pathologies non psychiatriques.

Globalement, la cohorte est composée de 1 861 194 adultes, 27 % d’hommes. L’âge moyen (DS) est de 35,4 ans (13,1 ans) ; 770 643 étaient atteints de troubles mentaux. Il y a eu 370 décès par suicide entre 2001 et 2007. Le taux de suicide à court terme, en cas de maladie mentale, s’éleve à 178,3/ 100 000 personnes-années (PA). A titre de comparaison, il se situe à 12,5/100 000 PA dans la population générale.

Le taux le plus important est observé dans les syndromes dépressifs, culminant à 235,1/100 000 PA, dépassant celui constaté dans les troubles bipolaires (216,0/100 000 PA) et dans la schizophrénie (160,4/100 000 PA). Le plus faible, quoique considérable, est retrouvé pour les toxicomanes (160,4/100 000 PA). Comparativement, durant la même période, les taux de suicide dans la population non psychiatrique ont varié, selon les groupes, entre 10,7 et 13,8/ 100 000 PA.

Taux de suicide près de 15 fois plus élevé que dans la population générale

Ainsi donc, le taux de suicide dans les 90 jours suivant une hospitalisation en psychiatrie apparaît approximativement 14,5 fois plus élevé que dans la population générale. Quand sont incluses dans le décompte les morts d’origine indéterminée, ce taux s’élève encore, de 178,3 à 229,5/ 100 000 PA. Le risque de suicide est aussi environ deux fois plus important chez les hommes que chez les femmes, respectivement à 228,3 vs 130,2/100 000 PA. Au sein de la cohorte psychiatrique, le Hazard Ratio ajusté (AHR), par rapport au sous-groupe des toxicomanes, a été calculé à 2,0 (intervalle de confiance à 95 % [IC] : 1,4- 2,8) en cas de pathologie dépressive, à 1,6 (IC : 1,1- 2,2) en cas de schizophrénie, à 1,6 (IC : 1,2- 2,1) également en cas de troubles bipolaires. Il est de 1,7 (IC : 1,2- 2,5) pour les patients qui n’avaient bénéficié d’aucun soin de santé dans les 6 mois ayant précédé leur hospitalisation en milieu psychiatrique. En modèle de régression proportionnelle non ajustée, on a pu noter que différents facteurs tels qu’un âge plus élevé, le fait d’être un homme, d’être blanc, de souffrir de troubles dépressifs, bipolaires ou de s’être « blessé » volontairement dans les antécédents étaient associés à une augmentation significative du risque suicidaire. Le risque était aussi majoré dans le sous-groupe de malades qui avaient eu plus de 31 visites médicales dans les 180 jours ayant précédé leur hospitalisation en milieu psychiatrique.

Source JIM