Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Pour en savoir plus > Médicaments : Risque possible de démence à long terme avec les benzodiazépines

Médicaments : Risque possible de démence à long terme avec les benzodiazépines

le 7 septembre 2016

[Prescrire] Certaines données incitent à considérer que les benzodiazépines exposent à des démences. Une raison de plus pour les éviter autant que possible, notamment chez des personnes âgées.

Une vingtaine de benzodiazépines et de substances apparentées, telles que le zolpidem et la zopiclone, sont utilisées dans des troubles du sommeil, l'anxiété ou comme anticonvulsivant. Leur profil d'effets indésirables à court terme comporte en particulier des confusions et des troubles cognitifs lentement régressifs à l'arrêt, surtout chez les personnes âgées. Dans son numéro de septembre, Prescrire fait le point avec plus de recul sur le lien évoqué entre la prise de benzodiazépine à long terme et une démence.

Une étude cas-témoins menée chez 1 796 patients âgés de plus de 66 ans a mis en évidence que les patients atteints de démence de type de la maladie d'Alzheimer avaient été exposés à une benzodiazépine 5 à 10 ans avant la maladie plus souvent que les patients non atteints de maladie d'Alzheimer, de façon statistiquement significative. Cinq autres études épidémiologiques ont eu des résultats convergents. Mais d'autres études sont contradictoires dans la mesure où elles ont mis en évidence une absence de lien avec la durée d'exposition ou la dose cumulée.

Les résultats de ce type d'études sont par nature de faible niveau de preuves et ne permettent pas d'établir une relation causale. Néanmoins, une relation causale est plausible étant donné les effets indésirables cognitifs à court terme des benzodiazépines. A contrario, les premiers symptômes de démence provoquent de l'anxiété qui peut contribuer à prescrire une benzodiazépine dans la période qui précède le diagnostic.

Source Prescrire