Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Pour en savoir plus > TFE : Le positionnement infirmier dans le projet de soin en psychiatrie de Nicolas Sarron

TFE : Le positionnement infirmier dans le projet de soin en psychiatrie de Nicolas Sarron

le 11 octobre 2017

En juin 2017, Nicolas Sarron, alors étudiant en soins infirmiers à l'Institut de Formation en Soins Infirmiers de Pontchaillou (promotion 2014-2017) a soutenu avec succès son travail de fin d'études sur la thématique suivante : « Le positionnement infirmier dans le projet de soin en psychiatrie ».

Nicolas débute ainsi son travail de recherche : « Ce travail se base sur deux situations rencontrées en stage. Ces deux situations prennent place au cours de ma deuxième année de formation, durant le semestre quatre. J’effectuais alors un stage en service d’admission psychiatrique. Ces situations traitent de la prise en soin de Monsieur E., un patient de dix-huit ans, hospitalisé pour troubles du comportement et syndrome frontal conséquent à un accident de la voie publique. Son syndrome frontal fait que la prise est soin de ce patient est très spécifique. En effet, à cause de ses ralentissements psychomoteurs et de son altération du langage et de la concentration, il est nécessaire de prendre le temps de s’entretenir avec lui et de l’accompagner pour le comprendre. Ses troubles du comportement font que ce patient peut vite avoir des attitudes inadaptées à la situation, notamment en faisant rapidement preuve d’agressivité s’il ressent de l’opposition. Il se montre très opposant aux règles d’hospitalisation ainsi qu’aux règles sociétales, de ce fait il est important de poser un cadre et des limites dans la prise en soin de Monsieur E. Le patient manifeste son opposition avec des comportements agressifs comme des gestes brusques visant à blesser ou intimider, voir des attouchements sexuels. L’imprévisibilité et la gravité de ses comportements font que ces derniers sont régulièrement sujets à des discussions pluridisciplinaires, toutefois à ce jour aucune réponse homogène n’a été trouvée.

De ce fait, quand le patient va exprimer des demandes sortant du cadre instauré, certains collègues vont choisir de maintenir les règles en faisant face à l’agressivité du patient alors que d’autres vont choisir d’accéder à ses demandes dans le but d’esquiver une éventuelle mise en danger. Le projet de soin de ce patient, décidé initialement par une réunion interdisciplinaire, a pour principal objectif une réinsertion sociale passant par une meilleure gestion des émotions et des règles sociales. Pour cela, il avait été prévu à la base un cadre responsabilisant et homogène pour Monsieur E. Cependant la réalité actuelle diffère de l’objectif initial.

La première situation traite du fait que Monsieur E. pénètre sans autorisation dans un espace de soin. Je le surprends et je décide de venir le voir pour faire respecter le projet de soin. Je lui rappelle donc avec bienveillance les règles et lui explique qu’il n’a pas le droit d'être dans cet espace. En réponse à mon attitude, le patient fait preuve d’agressivité et tente de me porter un coup de poing. Il est alors conduit en chambre de soins intensifs.

La seconde situation se déroule dans la salle de soin, une heure après la collation de seize-heure. J’étais alors avec l’infirmière, en train de préparer les piluliers. Monsieur E. vient nous surprendre et nous demande d’un ton menaçant une nouvelle collation. Le projet de soin pose que Monsieur E. doit respecter les heures de repas pour lui permettre de mieux respecter les règles simples de son cadre de vie. Voyant le patient devenir de plus en plus agressif dans ses demandes, l’infirmière y accède et lui apporte une collation supplémentaire pour éviter une réponse agressive de la part du patient.

Consulter le travail de fin d'études

Source Infirmiers.com