Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Vues d'ailleurs > Algérie : "Il faut créer des centres de prise en charge psychologique pour les adolescents"

Algérie : "Il faut créer des centres de prise en charge psychologique pour les adolescents"

le 19 octobre 2017

Entretien avec Pr Madjid Tabti. Chef de service de pédopschiatrie du centre Infanto-juvenille de Chéraga

Le nombre de cas  de troubles mentaux  est en nette augmentation ces dernières années notamment chez les jeunes adolésecents. Pourquoi d’après vous ?

Il faut savoir que notre société a connu des mutations et on est passé de la famille traditionnelle à la famille moderne et ces changements affectent effectivement l’adolescent  qui vit une période de changement importante lui aussi. Cette mutation  de la structure familiale  est pour beaucoup dans l’altération   de la santé mentale.

Outre les facteurs sociaux s’ajoute  d’autres facteurs  tels que l’urbanisation  effrénée de nos villes, le changement de mode de vie et  l’avenue de l’internet etc. L’enfant à cet âge là est dans le défi parental et social. l’implosion de la famille(divorce, mère célibataire,  et la manque d’autorité à l’école, ont favorisé l’apparition des comportements   tel l’initiation à la drogue à l’âge précoce vers 10 ans. L’enfant est livré à une société  non balisées que ce soit du côté parentale, sociale et éducatif. Aucune projection ne s’offre à lui à la s’ajoute d’autres ingrédients pour le pousser encore dans le désarroi total.  
 

Entre 20.000 à 25.000 consultations pour addiction sont enregistrées chaque année . Est-ce qu’il ya réellement une prise e charge adéquate de ces jeunes vulnérables ?

Il y a effectivement un nombre important de ces jeunes pris dans cette spirale de l’addiction. Un fléau qu’il faut réellement prendre en charge. Comme je l’ai déjà signalé plus haut de nombreux facteurs poussent cet adolescent à la déchéance et vu son état psychologique souvent altéré il  retrouve alors plaisir et goûts dans la drogue  et donc une addiction au canabis, comme l’addiction à internet etc.

Les centres font ce qu’ils peuvent avec les moyens disponibles. Le patients bénéficie d’une cure au cours de son séjour de 21 jours avec un protocole thérapeutique  qui reste encore incomplet car nous avons besoin des produits de substitution aux opiacés pour réduire les chutes. Mais un accompagnement  familial et  social à long  terme.

La demande de prise en charge est de plus en plus importante mais il n y a pas  assez de structures dédiées à la prise en charge. Il n’y a que  les centre de Blida  de Tizi-Ouzou,  d’Oran  et nous  qui sont effectivement sollicités mais chez nous par exemple  il n y a pas d’hospitalisation alors que ces cas doivent être pris en charge dans l’urgence notamment lorsque  l’enfant est en crise.

Outre la conduite addictive, il y a ces jeunes adolescents qui souffrent de l’anorexie mentale, de dépression suivie de tentative de suicide. Cet enfant qui n’est ni enfant ni adulte  nécessite une prise en charge psychologique et une couverture médicale,  juridique  adéquate dans un centre   spécialisé. C’est ce qui nous manque aujourd’hui en plus d’un personnel qualifié. 

Nous avons l’unité  qu’on appelle la « Maison de l’ado » à Dely Brahim qui assure des consultations   et offre des soins psychologiques mais dans un cas d’urgence, une conduite suicidaire  par exemple il n a pas ou aller.  Ces adolescents sont placés dans les services pour adulte. Ce qui aggrave davantage leurs états.

Source El Watan