Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Vues d'ailleurs > Belgique : Nouvelles recommandations pour le traitement de la dépression

Belgique : Nouvelles recommandations pour le traitement de la dépression

le 16 février 2017

[Psychomédia] En Belgique, les médecins généralistes recevront, à partir du 14 février 2017, « "une recommandation de bonne pratique relative à la dépression chez les adultes complètement renouvelée" », indique un communiqué du gouvernement.

« Une attention particulière est prêtée au diagnostic, au fait de référer le patient et aux thérapies les plus adéquates. La prescription correcte de psychotropes, tels que les antidépresseurs et les antipsychotiques, est également abordée en détail. »

« Les Belges prennent encore beaucoup trop d'antidépresseurs alors que cela est loin d'être toujours nécessaire. Cette recommandation doit permettre de contribuer à la réduction du nombre de prescriptions et de l'utilisation de psychotropes, un objectif qui fait partie de l'accord de gouvernement (...) », précise Maggie De Block, ministre des Affaires Sociales et de la Santé Publique.

Cette recommandation est un instrument « evidence-based » (basé sur des données probantes) « et concret ».

Il s'agit de la révision de la recommandation de 2008. Deux associations de médecins généralistes, Domus Medica et la Société Scientifique de Médecine Générale (SSMG), se sont chargées de la mise à jour qui a été validée par le Centre belge pour l'Evidence-Based Medicine (Cebam) et la Belgian Psychotropics Expert Platform(BelPEP).

« En ce moment, il existe aussi bien des cas de sur-traitement que de sous-traitement en ce qui concerne les psychotropes. De nombreux patients souffrant de dépression légère, modérée ou grave doivent prendre des médicaments, alors que cela ne les aide pas. Mais parfois, c'est le cas contraire et on ne donne pas de psychotropes aux patients qui en ont bien besoin. De plus, les médicaments ne sont pas toujours pris correctement : la durée du traitement est parfois trop courte pour faire effet, ou alors le patient présente une observance thérapeutique insuffisante. »

Un budget de 250 000 euros est libéré pour la mise en œuvre de cette recommandation. Il permettra également d'organiser, entre autres, des formations spécifiques pour médecins généralistes.

Source Psychomédia