Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Vues d'ailleurs > Canada : AERIE ou les gestes de base des secouristes en santé mentale

Canada : AERIE ou les gestes de base des secouristes en santé mentale

le 22 juin 2016

[L'eau vive] Est-ce un nouvel organisme dans le réseau? Non. Est-ce une nouvelle technologie? Non plus. C'est l’acronyme pour les gestes de base utilisés par les secouristes en santé mentale.

Les secouristes en santé mentale viennent en aide aux personnes éprouvant un problème de santé mentale ou qui sont en situation de crise.  Tout comme la technique de réanimation cardio-respiratoire qui est administrée avant l’arrivée des secours, les premiers soins en santé mentale sont prodigués jusqu’à ce que l’aide professionnelle soit reçue ou que la crise soit passée.

Il y a maintenant un an, j’ai suivi une formation d’instructrice de la formation adulte de base pour les Premiers soins en santé mentale, parrainée par le Réseau santé en français de la Saskatchewan (RSFS).  Avec l’appui et la  collaboration du RSFS, j’ai donné trois formations dans la communauté, ce qui veut dire que nous sommes 33 secouristes en santé mentale sur le terrain! Et ce n’est qu’un début!

Durant les deux jours de la formation, les secouristes apprennent comment appliquer les cinq gestes de base AÉRIE dans les situations suivantes : les troubles liés à l’utilisation des substances, les troubles de l’humeur, les troubles anxieux et les troubles psychotiques. Notez que les gestes AÉRIE ne s’appliquent pas nécessairement en ordre séquentiel, au contraire, ils sont appliqués de façon fluide et naturelle dépendant de la situation : Analyser le risque de suicide ou de blessure, Écouter sans porter de jugement; Rassurer et donner de l’information; Inciter la personne à obtenir de l’aide professionnelle; et Encourager la recherche de soutien supplémentaire

Il faut comprendre que le but de la formation n’est pas de former des thérapeutes ou des professionnels de la santé mentale, tout comme les formations en premiers soins n’enseignent pas aux participants à devenir des ambulanciers paramédicaux ou des médecins. Par contre, elle jette un nouvel éclairage sur la question des problèmes de santé mentale, réduisant les tabous et la stigmatisation qui peuvent nous habiter.

 

 

 

Source L'eau vive