Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Vues d'ailleurs > Canada : Des vélos pour une meilleure santé mentale des étudiants

Canada : Des vélos pour une meilleure santé mentale des étudiants

le 22 septembre 2017

La bibliothèque de l'Université de Windsor, en Ontario, a installé des vélos stationnaires dans ses locaux pour améliorer la santé physique et mentale des étudiants.

« C'est incroyable. Je ne pensais pas que ce serait confortable, mais le siège est vraiment bien », s'exclame Paige Coyne en essayant l'une des trois bicyclettes d'exercice qui permettent aux étudiants d'étudier ou d'écrire avec un ordinateur portable pendant qu'ils pédalent.

L'objectif derrière ce nouvel équipement est d'encourager les étudiants à se lever et à bouger lorsqu'ils étudient.

« On voulait qu’ils aient une chance de se détendre et d'utiliser leur corps et pas seulement leur tête », explique Karen Pillon, directrice adjointe de la bibliothèque.

Un projet soutenu par Sarah Woodruff, professeur au Département de kinésiologie de l'Université.

« Quand les étudiants travaillent pendant une période prolongée à la bibliothèque, ils peuvent ressentir certains maux. Cela leur donne l'option de faire quelque chose pendant qu'ils étudient », soutient-elle.

Les vélos sont équipés d'une tablette, d'un compteur kilométrique et de bandes de résistance pour faire travailler les biceps.

Prendre soin de la santé mentale des étudiants

Installer ces vélos s'inscrit aussi dans le mandat de la bibliothèque de fournir un « environnement d'apprentissage sain, stimulant et novateur ». Ce n'est d'ailleurs pas la première initiative du genre lancée par les responsables de la bibliothèque.

Depuis plusieurs années, différentes campagnes ont été menées pour faciliter ou rendre plus agréable la vie des étudiants, notamment pendant les périodes de grand stress.

« Au moment des examens de décembre et d'avril, par exemple, on essaie de réduire le stress des étudiants en proposant du café ou des cahiers à colorier, mais on voulait faire quelque chose à longueur d'année », explique Mme Pillon.

L'idée est donc de faire de la bibliothèque un espace de vie où les étudiants peuvent venir travailler, mais aussi chercher de l'aide et du réconfort.

Selon elle, l'importance accordée à la santé mentale est grandissante dans les universités au Canada et chaque faculté ou service prend conscience qu'il peut avoir un rôle à jouer pour contribuer au bien-être des étudiants.

Source Radio Canada