Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Vues d'ailleurs > Canada : Santé mentale, oser demander de l’aide

Canada : Santé mentale, oser demander de l’aide

le 22 novembre 2017

Le Centre d’aide des étudiants de l’Université Laval, dirigé par Louise Careau, est une porte ouverte pour ceux et celles qui souhaitent de l’aide pour leur orientation, un soutien psychologique, des solutions pour une meilleure réussite ou encore pour les étudiants en situation de handicap.

Les professionnels du Centre ont vu augmenter au fil des années le nombre de visites. « C’est à la fois un bon signe, mais aussi quelque part inquiétant », pense la directrice, Louise Careau. En effet, elle explique que dans une société où l’on prône l’excellence et la performance, les étudiants développent des peurs concernant l’échec.

L’avènement des réseaux sociaux n’est pas sans effets sur la pression des étudiants. « On essaye de montrer la meilleure image de nous-mêmes on ne veut pas se montrer faible devant les autres », explique-t-elle. Ces apparences sont trompeuses et nombreux sont les étudiants qui ont besoin d’aide, mais ne font rien par peur d’être jugés.

Des préjugés encore tenaces

« De nos jours, aller consulter un psychologue ou un psychiatre est mal vu, déplore Louise Careau. Les gens sont catégorisés comme fous aux yeux des autres. C’est quelque chose qui tend à changer petit à petit, mais ce n’est pas encore parfait ».

Ainsi, les professionnels jugent important de dédramatiser la notion de consultation et de s’attaquer au glissement rapide entre le fait de demander de l’aide et les stigmates liés à la folie, afin de lutter contre les tabous. Selon eux, il est très important de valoriser le courage de la demande d’aide que ce soit pour des problèmes d’angoisse ou simplement d’orientation, car on ne sait pas quoi faire une fois les études terminées.

Pour faire face à la peur de consulter, le réseau Sentinelle a été mis en place en 2008 à l’Université Laval. Composé majoritairement d’employés de l’université, celui-ci a été conçu afin d’aider à mieux repérer les étudiants en difficulté et les guider vers les ressources.

Source Impact Campus