Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Vues d'ailleurs > Canada : Un programme pilote veut réduire la dépression et l'anxiété chez les jeunes

Canada : Un programme pilote veut réduire la dépression et l'anxiété chez les jeunes

le 29 juin 2017

[Radio Canada] Peter Silverstone, professeur en psychiatrie à l'Université de l'Alberta, demande au gouvernement des fonds publics pour réduire les cas de dépression, d'anxiété et de pensées suicidaires chez les jeunes, en Alberta, à travers un programme pilote.

Le programme a été offert à plus de 6000 élèves de la 6e à la 12e année dans les écoles publiques de Red Deer de 2013 à 2015, après des suicides en 2013 et en 2014.

Selon lui, 1 élève sur 25 a des pensées suicidaires à Red Deer. « C’est énorme. C’est un élève par classe. Il s’agit de données très épeurantes », dit-il. « Nous pensons que ce problème est présent dans toutes les écoles de la province et que pouvons améliorer les choses. »

Le programme peut non seulement réduire le taux de dépression, d’anxiété et de pensées suicidaires des élèves, mais aussi les problèmes de drogue, d’alcool et de harcèlement, explique-t-il.

Le Dr Silverstone déclare que le pourcentage d'élèves qui étaient vraiment suicidaires est passé de 4,4 % à 2,8 % depuis le début du programme. Les taux d'anxiété et de dépression ont également connu des baisses importantes.

Salles de classe

Des personnes qui ne sont pas des enseignants ni des psychologues ont été formées pour donner des outils aux jeunes en matière de santé mentale, telles la résilience ou des approches pratiques pour interagir avec d’autres jeunes en cas de harcèlement.

Les rencontres ont été intégrées au plan de cours à raison de 16 classes par année, ce qui a impliqué une modification du programme scolaire en matière de santé.

Demande de financement

Le financement du programme s’est terminé en 2015 lorsque le gouvernement néo-démocrate a pris le pouvoir.

« Peut-être que le gouvernement n’a pas voulu nous refinancer parce que nous n’avions pas de données à long terme. Là, nous les avons, ces données », explique Peter Silverstone.

L’équipe de recherche a pu analyser les jeunes de façon « rigoureuse » pendant une période de 15 mois et désire maintenant obtenir des fonds publics pour financer le projet à travers la province.

Source Radio Canada