Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Vues d'ailleurs > Maroc : Des psys luttent pour briser le tabou qui entoure la santé mentale

Maroc : Des psys luttent pour briser le tabou qui entoure la santé mentale

le 18 septembre 2019

Depuis la fermeture en 2015 des mausolées qui enfermaient – plus qu’ils ne soignaient –, les Marocains atteints de troubles psychiques, la situation des malades psychiatriques s’est améliorée dans le pays. Il reste, néanmoins, un travail considérable à réaliser pour mieux accompagner les patients pendant les soins. Et permettre, ensuite, leur réinsertion au sein d’une société où la question de la santé mentale demeure un tabou très important. Explications de Lydia-Hanaa Faris et Rim Akrache, psychologues et fondatrices de l’association Ruban d’espoir .

Comment la question des troubles psychiques est-elle traitée au Maroc ?

Rim Akrache : Elle est tout simplement passée sous silence, alors que, selon les chiffres dont nous disposons, 48% de la population marocaine souffre ou a déjà souffert d’une maladie mentale . Rappelons que jusqu’en 2015, les patients atteints de troubles psychiques étaient enfermés dans des mausolées qui ressemblaient aux anciens asiles psychiatriques que l’on trouvait en France au début du XXème siècle. C’était un endroit où il y avait des chamans, des exorcistes, car la société pensait que les patients étaient des gens possédés, victimes de sorts malfaisants…

Le rôle des mausolées était surtout de retenir captives les personnes malades plutôt que de les soigner. Ces patients ont depuis été transférés dans des hôpitaux, c’est vraiment un grand pas en avant. Mais qu’est-ce qui vient ensuite ? Qu’est-ce qui leur est proposé ? A part des traitements médicamenteux, pas grand chose.

Lire la suite sur le site Psychologies