Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Vues d'ailleurs > Moldavie : Le parcours d’une psychiatrie totalitaire vers une psychiatrie communautaire

Moldavie : Le parcours d’une psychiatrie totalitaire vers une psychiatrie communautaire

le 3 février 2017

[EM Consulte] Dans cet article est décrite l’évolution des soins psychiatriques sur l’actuel territoire de la République de Moldavie, faisant autre fois partie de l’État Moldave, puis province russe de 1812 à 1918, qui appartiendra ensuite à la Roumanie pour devenir soviétique de 1940 à 1991 et qui depuis est devenue République indépendante.

Suite à l’analyse effectuée, nous avons tracé les étapes du développement de la psychiatrie en Moldavie. Au Moyen Âge, depuis la constitution de l’État Moldave, il y avait une attitude humaniste envers les malades mentaux, l’église chrétienne, qui s’occupait de ces malades, était très tolérante et protectrice envers eux. La deuxième étape commence après l’annexion de la Moldavie à l’Empire Russe en 1812, avec l’ouverture des premiers lits dans des Hôpitaux généraux et l’ouverture en 1895 du premier hôpital psychiatrique, qui est devenu à l’époque, un des plus progressif et moderne parmi les Hôpitaux Psychiatriques de Russie, avec la plus courte durée de séjour, un nombre important des mesures de réhabilitation par le travail, par l’organisation des colonies de malades, par la vie dans la communauté. La même tendance s’est poursuivie pendant la période roumaine, quand ce territoire a retrouvé ses liens culturels et linguistiques, avec un progrès évident dans le traitement des maladies liées à la malnutrition (la pellagre) et une diminution importante du nombre de ces malades. La période soviétique a été marquée par des mouvements contradictoires. D’un côté, un développement important des soins hospitaliers, avec l’ouverture des nouveaux centres hospitaliers, une assurance suffisante de médicaments et des soins de réhabilitation. En même temps, un élargissement important des critères de diagnostic de la schizophrénie qui pouvaient servir de motif d’hospitalisation sous contrainte. Les personnes qui manifestaient des traits paranoïdes, borderline , schizoïdes, étaient hospitalisées avec le diagnostic de schizophrénie légère (lente), ce que sous-entendait un traitement obligatoire. En dehors de cela, un dispositif important de réhabilitation a été mis au service des patients. La période actuelle se caractérise par une ouverture importante de la société concernant les malades psychiques avec la diminution de nombre de lits intra-hospitaliers, l’ouverture des centres communautaires. En même temps, il y a un déficit important de médicaments de dernière génération qui ne sont pas accessibles à la majorité de la population. L’assurance maladie est mise en place depuis quelques années et les patients ont la possibilité de recevoir un minimum de soins.

L’évolution des soins psychiatriques sur l’actuel territoire de la République Moldave, qui est passée en un siècle de temps du régime tsariste au capitalisme roumain, puis au système soviétique pour devenir un pays indépendant avec une aspiration européenne, a connu des changements importants avec un enrichissement des expériences à travers les époques et les régimes. Les bases de la psychiatrie moldave moderne ont été posées par la psychiatrie russe, qui était une continuité de l’école allemande de psychiatrie. Les questions les plus importantes, aujourd’hui, sont liées au futur développement et à la réorganisation de la santé mentale avec l’accent sur les soins ambulatoires et la réhabilitation. Les problèmes majeurs à dépasser sont la stigmatisation et la discrimination du malade mental, le développement des structures sociales, dans un contexte économique et démographique très difficile. Malgré cette situation, le projet de réforme de la santé mentale se développe dans le pays, implémenté par l’Institut Trimbus (Pays Bas), institut de Santé Mentale et des addictions et financé par le Gouvernement Suisse pour la période 2015-2018. Le but du projet est la mise en place du modèle communautaire de santé mentale avec comme objectif une diminution importante de nombre de lits dans les hôpitaux psychiatriques.

Ce travail nous permet de faire une rétrospective historique de la prise en charge des patients psychiatriques sur l’actuel territoire de la Moldavie, ainsi qu’une présentation de la situation actuelle d’un système de santé mentale en pleine mutation et l’alignement au modèle de psychiatrie communautaire, malgré une situation financière très difficile.

Source EM Consulte