Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Vues d'ailleurs > Québec : De plus en plus de demandes d’aide pour les proches en santé mentale

Québec : De plus en plus de demandes d’aide pour les proches en santé mentale

le 9 décembre 2016

[Québec Hebdo] L’organisme communautaire la Boussole, qui vient en aide aux proches de personnes vivant avec une maladie mentale, est de plus en plus sollicité alors que ses ressources financières n’augmentent pas au même rythme.

La Boussole vise à accompagner les familles de personnes vivant des troubles de santé mentale. L’organisme les aide via des groupes d’entraide bénévoles, certes, mais également avec des services spécialisés professionnels.

Le principal service reconnu de la Boussole est d’aider les parents à remplir des demandes d’ordonnance pour obliger un proche récalcitrant à subir une évaluation psychiatrique. Un demandeur sera accompagné lors du processus de sa demande judiciaire. «Si la tendance se maintient, on va péter le 100 [demandes d’ordonnance d’évaluation psychiatrique cette année]», confie la directrice générale de l’organisme, la psychologue Hélène Lévesque. Ce nombre était de 65 en 2015.

Le centre situé sur la 3e Avenue dans le Vieux-Limoilou entretient plus de 4300 relations d’aide par année. Des parents, oui, mais également des enfants qui doivent apprendre à vivre avec une mère atteinte de dépression, par exemple. «La clientèle a augmenté chez nous. C’est un beau problème. On a plus de demandes, mais contrairement à une PME où quand ça marche bien, tu vends plus et tu peux engager plus de ressources, ici, je n’ai pas plus d’argent pour engager quelqu’un», poursuit Mme Lévesque.

Par chance, les dons du public ont connu un boom dans les dernières années. Alors qu’on pouvait récolter environ 7000$ auparavant en une année, l’an passé on a amassé 27 000$. La majorité du financement provient du CIUSSS de la Capitale-Nationale, avec une contribution de 467 000$. «C’est une subvention indexée, mais non augmentée. Ça devient difficile de répondre à l’augmentation des demandes», souligne-t-elle.

Des programmes existent toutefois pour des besoins ponctuels. «Il y a des enveloppes disponibles pour l’aménagement de bureaux, chez Desjardins, pour des organismes comme nous. Cependant, ils paient 80% de la facture, alors ça nous engage des frais, et je n’ai toujours pas embauché les ressources pour occuper ce bureau», explique-t-elle, ajoutant que le temps passé à chercher du financement n’est pas attribué à livrer les services.

Lumière sur les proches

Depuis le 15 novembre dernier, le projet Lumière sur les familles d’une personne atteinte de maladie mentale  éclaire l’édifice de l’organisme, avec des bulles lumineuses sur lesquelles se retrouvent des mots reflétant l’expérience que peuvent vivre les familles d’une personne atteinte de maladie mentale.

Malgré les difficultés de financement et de ressources, la directrice générale de La Boussole continue de mettre tous les efforts pour que les familles puissent bien vivre avec les maladies mentales. C’est avec chaque «merci» qu’elle reçoit qu’elle trouve le courage de continuer pour aider ces gens à aider ceux qu’ils aiment.

Source Québec Hebdo