Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Vues d'ailleurs > Suisse : Le burn-out des enfants inquiète les psychiatres

Suisse : Le burn-out des enfants inquiète les psychiatres

le 20 novembre 2017

La pression psychique croît sans cesse sur les enfants. La course à la performance n'épargne ni l'école, ni les activités de loisir. Des psychiatres tirent la sonnette d'alarme.

École, sport, cours de musique après les cours. La pression augmente sur les enfants afin qu'ils soient toujours plus performants. Avec à la clé pour certains d’entre-eux, des troubles du sommeil, des crises d'angoisse ou encore des maux de ventre ou de tête persistants, à tel point que certains parlent de burn-out, explique le Tages-Anzeiger dans son édition du 14 novembre.

Le diagnostic a été posé voici deux ans déjà par le psychiatre allemand Michael Schulte dans son livre «Le burn-out des kids ou comment le principe de performance surmène nos enfants.». Mais il fait débat parmi les professionnels de la branche.

Un ensemble de diagnostics

Pro Juventute l'a constaté avec son numéro d'urgence 147, relevant qu'en 2016, les soucis personnels étaient en nette augmentation, avec une explosion de la part des demandes concernant des problèmes graves. Au service d'urgence de la psychiatrie enfantine à l'Hôpital universitaire de Zurich, les traitements ambulatoires ont décuplé, passant de 50 à 500 par an en une décennie. A Berne, ces cas représentent 260 interventions chaque année.

En Allemagne, les spécialistes estiment que 3% des enfants souffrent de burn-out. La Suisse n'a pas de statistiques à ce sujet. Gregor Berger, psychiatre pour enfant aux urgences à Zurich met en avant un ensemble de diagnostics dont la dépression n'est qu'une variante. «Le burn-out peut aussi être le résultat d'un trouble anxieux ou d'un trouble de la personnalité qui empêche l'enfant de communiquer avec d'autres personnes, ce qui entraîne un épuisement professionnel.»

Source Tribune de Genève