Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Vues d'ailleurs > Vietnam : La santé mentale et le bien-être psychologique des enfants

Vietnam : La santé mentale et le bien-être psychologique des enfants

le 14 mai 2018

Les problèmes de santé mentale et de bien-être psychologique sont de plus en plus répandus au Vietnam, et particulièrement chez les enfants et les adolescents. Cette différence est parfois à la source de discriminations.

Le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF), en collabo-ration avec l’Overseas Development Institute  (ODI) et l’Institut d’études de la famille et du genre de Hanoï, a réalisé un rapport de recherche sur la santé mentale et le bien-être psychologique des enfants. Son but est de fournir un aperçu de la situation concernant la santé mentale de la jeunesse dans certaines provinces du Vietnam.
Cette étude a été réalisée à Hanoï, Hô Chi Minh-Ville et deux provinces: Diên Biên (Nord) et An Giang (Sud). Les résultats des recherches ont servi de base pour établir des programmes nationaux et ont permis de proposer des solutions en vue de relever les défis en matière de santé mentale et de bien-être psychologique des enfants.

État des lieux
Ce rapport est remis aux ministères du Travail, des Invalides de guerre et des Affaires sociales; de la Santé; et de l’Éducation et de la Formation ainsi qu’aux branches concernées comme les fournisseurs de services de soins psychologiques, employés de travaux sociaux, enseignants, employés de santé et parents.
En général, les défaillances mentales chez les enfants vietnamiens s’expliquent souvent par des problèmes d’introversion (anxiété, dépression et solitude) et d’extraversion (hyperactivité et déficit de l’attention).
Les risques sont présents à quatre niveaux différents: l’individu, la famille, l’école et la communauté.
D’abord, le facteur individuel. L’isolement émotionnel ou l’auto-isolement est un premier facteur important et correspond à une situation où les jeunes font le choix de ne pas partager leurs émotions avec autrui. De la même façon, l’accès à la technologie moderne et aux jeux en ligne peut être cité. Les garçons ont tendance à jouer aux jeux électroniques plus que les filles. Mais, les filles ont plus de risque d’être brimées sur Internet.

Lire la suite sur Le courrier du Vietnam