Vous êtes dans : Accueil > Espace Presse > Santé mentale de A à Z > Coût de la psychiatrie

Coût de la psychiatrie

le 28 mai 2015

Les troubles mentaux engendrent une part importante de la dépense de santé en France. En 1998, les Comptes par Pathologie estimaient à 9,4% la part des dépenses liées aux troubles mentaux relatives à l’ensemble de la consommation de soins et de biens médicaux.

En 2007, le coût global de la pathologie mentale a été évalué en France à 109,2Md€ (soit à titre de comparaison, l'équivalent d'un tiers des dépenses de l’État français), distribués comme suit :

  • 65,1Md€ de coût de perte de qualité de vie
  • 24,4Md€ de coût de perte de productivité
  • 13,4Md€ de coût pour le secteur sanitaire (chiffre proche de la dépense pour le cancer)
  • 6,3Md€ de coût pour le secteur social et médico-social

Le coût informel des pathologies mentales est donc bien supérieur aux dépenses formelles directement engagées pour la psychiatrie.

Coût des pathologies mentales pour le secteur sanitaire

En France en 2007, le coût de la prise en charge sanitaire des pathologies mentales représentait 13,4Md€ et 8% de la consommation de soins et de biens médicaux.

Les soins en ambulatoire représentent 37% du coût de la psychiatrie (4,7Md€ dont 3,7Md€ en libéral) et l’hospitalisation 63%, et ce alors que 75% des patients sont suivis en ambulatoire.

L’offre de soins en psychiatrie génère trois types de dépenses différents : les dépenses hospitalières publiques , les dépenses du secteur libéral , et les dépenses des cliniques privées de psychiatrie.

Les dépenses hospitalières publiques recouvrent :

  • les dépenses du secteur hospitalier de psychiatrie et des établissements de psychiatrie hors secteur, qui correspondent à la Dotation Annuelle de Financement pour la psychiatrie : 7,4Md€ dont 7Md€ pour la  psychiatrie de secteur
  • les dépenses hospitalières en établissements de Médecine Chirurgie Obstétrique (MCO) et de Soins de Suite et de Réadaptation (SSR), liées à la prise en charge de pathologies mentales, soit 1,3Md€

Les dépenses du secteur libéral recouvrent :

  • les dépenses des consultations de médecine générale, de psychiatres et de l’ensemble des autres consultations de spécialistes dans le cadre de la prise en charge de pathologies mentales, soit 1Md€
  • la consommation de médicaments : 2,2Md€
  • les consultations auprès de psychologues libéraux : 0,4Md€
  • les dépenses relatives aux transports médicaux, analyses de biologie et aux soins délivrés par des auxiliaires médicaux : 0,5Md€

Les dépenses des cliniques privées de psychiatrie s'élèvent à 0,6Md€, qui recouvrent :

  • la Dotation Annuelle de Financement de psychiatrie pour les cliniques privées
  • la part ”hôtelière” directement financée par les ménages

Coût de la pathologie mentale pour le secteur médico-social

Il recouvre le financement des différentes allocations et établissements sociaux et médico-sociaux s’adressant spécifiquement aux adultes et enfants handicapés souffrant de déficiences psychiques.

En 2007, il était de 6,3Md€ dont 1,3 pour les soins informels et 3Md€ pour l'accueil en établissements.

La prise en charge des pathologies mentales est financée à :

  • 41% par l'Etat
  • 38% par l'Assurance maldie
  • 18% par les conseils généraux
  • 2% par les ménages
  • 1% par la CNSA (Caisse Nationale de Solidarité pour l'Autonomie)

Coût de la perte de productivité liée à la pathologie mentale

Il était estimé à 24,4Md€ en 2007, recouvrant :

  • l’absence au travail, qui génère une perte de productivité pour la société et l’entreprise d’une part, et pour les malades et les proches aidants d’autre part, estimée à 20Md€ (472 642 ETP)
  • les différentes indemnités versées au titre des incapacités, du chômage ou des arrêts maladies, soient 4,4Md€

Pour en savoir plus sur Santé mentale et travail

Coût de la perte de qualité de vie liée à la pathologie mentale

Il est estimé à 65,1Md€. La qualité de vie des personnes souffrant de maladies mentales est estimée 30% inférieure au reste de la population française (source : questionnaire de qualité de vie général, SF-36, INSEE, 2003).

La recherche en psychiatrie

L'investissement public dans la recherche en psychiatrie représente 2% des investissements pour la recherche en santé, soit 23,7 millions d’euros en 2007. Cela représente actuellement 1% de la dépense annuelle en psychotropes ou 0,3% de la dépense annuelle en hospitalisation de secteur.

Le coût des soins psychiatriques pour les patients

En 2012, le tarif des consultations était le suivant :

  • Psychiatre /neurosychiatre/neurologue conventionné secteur 1, déclaré comme médecin traitant : 39,70€ dont 26,79€ remboursés par la Sécurité Sociale
  • Psychiatre /neurosychiatre/neurologue secteur 2, déclaré comme médecin traitant : honoraires libres, base de remboursement 37€ dont 24,90€ remboursés par la Sécurité Sociale
  • Psychiatre /neurosychiatre/neurologue conventionné secteur 1 ou secteur 2 avec option de coordination, consulté sur avis du médecin traitant : 43,70€ dont 29,59€ remboursés par la Sécurité Sociale
  • Psychiatre /neurosychiatre/neurologue secteur 2, consulté sur avis du médecin traitant : honoraires libres, base de remboursement 37€ dont 24,90€ remboursés par la Sécurité Sociale
  • Psychiatre /neurosychiatre/neurologue conventionné secteur 1 ou secteur 2 avec option de coordination, consulté pour avis ponctuel : 57,50€ dont 39,25€ remboursés par la Sécurité Sociale
  • Psychiatre /neurosychiatre/neurologue secteur 2, consulté pour avis ponctuel : honoraires libres, base de remboursement 57,50€ dont 39,25€ remboursés par la Sécurité Sociale

Les honoraires des séances des psychanalystes et psychothérapeutes sont fixés avec chaque patient et ne sont en général pas remboursés par la Sécurité Sociale (la question du remboursement ou non des séances dépend des situations et est à discuter avec le psychanalyste.).

Pour en savoir plus sur les thérapies

Rédaction

Synthèse réalisée par Anaïs Bon à partir des documents listés dans la rubrique "Sources" et Validée par Karine Chevreul. Mai 2013