Vous êtes dans : Accueil > Espace Presse > Santé mentale de A à Z > Urgences en psychiatrie

Urgences en psychiatrie

le 28 mai 2015

Qu’est-ce qu’une urgence en psychiatrie ?

L’urgence en psychiatrie est définie par la circulaire du 30 juillet 1992 comme « une demande dont la réponse ne peut être différée. Il y a urgence à partir du moment où quelqu’un se pose la question, qu’il s’agisse du patient, de l’entourage ou du médecin : elle nécessite une réponse rapide et adéquate de l’équipe soignante, afin d’atténuer le caractère aigu de la souffrance psychique ».

L’urgence psychiatrique est donc liée :

  • à l’état du patient lui-même ;
  • à la notion de danger pour le patient ou son entourage ; 
  • au ressenti de l’entourage, du voisinage ou de la famille qui estime nécessaire une intervention médicale immédiate, sans attendre une consultation programmée.

Les types de comportements qui doivent faire penser à une urgence

  • Etat d’abattement extrême (la personne est prostrée, ne s’alimente plus) ;
  • Violence de la personne envers elle-même (tentative de suicide, automutilation), envers autrui ou son environnement matériel ;
  • Délire, hallucinations, état d’agitation ;
  • Angoisse ou souffrance psychique extrême, état dépressif intense.

Qui prend en charge les urgences psychiatriques ?

  • En cas d’extrême violence de la personne vis-à-vis d’elle-même ou d’autrui : les pompiers (18), le SAMU (15) ou la police (17) ;
  • Pour les autres situations : les services d’urgence des hôpitaux généraux (SU) ou des centres hospitaliers spécialisés (Centres d’accueil et de crise), ou bien les Centres médico-psychologiques (CMP) de secteur (en fonction de la domiciliation du patient) ;
  • A Paris :
    • Pour les adultes : le Centre psychiatrique d’orientation et d’accueil (CPOA), situé au Centre hospitalier Sainte-Anne, accueille toute personne de plus de 16 ans qui en fait la demande. Il traite l’urgence et coordonne la suite de la prise en charge avec les services de secteur
    • Pour les enfants : le Centre d'information et d'accueil psychiatrique pour adolescents (CIAPA) et le Centre d'accueil et de crise (CAC) de l’Institut mutualiste Montsouris accueillent toutes les situations d’urgences psychiatriques pour enfants et/ou adolescents.

Les modalités de soins psychiatriques

Une situation d’urgence psychiatrique peut aboutir à une hospitalisation. Celle-ci peut parfois être décidée sans le consentement de la personne, si son état de santé nécessite des soins immédiats et une surveillance constante en milieu hospitalier, mais l’empêche de consentir.

Afin de mieux connaître les modalités de soins psychiatriques et en particulier les nouvelles modalités de soins sans consentement, consultez la rubrique "modalités de soins en psychiatrie".

Rédaction 

Aude Caria (Psychologue, Psycom), Christine Weber (Chargée de communication, EPS Maison-Blanche), Dr Marie-Jeanne Guedj (Psychiatre, CH Sainte-Anne), Dr Jean-Luc Marcel (Psychiatre, CH Sainte-Anne) et Anne Pierre-Noël (Chargée de communication, Unafam).
Synthèse réalisée par Marc Oeynhausen à partir de la brochure Psycom « Les urgences psychiatriques à Paris », Août 2011. Dernière mise à jour Mars 2016.

Contact