Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Paroles de... > Témoignage : Louis veut bousculer les préjugés liés à la schizophrénie

Témoignage : Louis veut bousculer les préjugés liés à la schizophrénie

le 20 mai 2019

A Montpellier, les personnes atteintes de schizophrénie bénéficient d’un nouveau mode de prise en charge, au cœur du Centre de Rétablissement et de Réhabilitation Jean Minvieille. L’un des usagers a décidé de témoigner. Il veut briser les préjugés et les tabous liés à la maladie.

Louis Dehaye a trente ans. Il a accepté de témoigner, à visage découvert, pour parler de sa maladie. En 2014, alors qu’il suivait des études d’ingénieur, il est pris de bouffées délirantes, c’est-à-dire de crises de délire dont l’apparition est brutale.
"Je sortais j’avais des idées un peu folles. Je pensais que les gens étaient partis sur une autre planète, et qu’ils m’avaient abandonné ici, et puis je n’avais plus aucune motivation.

Un diagnostic difficile à accepter

Louis met ça sur le compte du stress. "Mon stage de conducteur de travaux me stressait beaucoup ". A cette époque, l’étudiant sort beaucoup. "Je consommais beaucoup de cannabis et je buvais beaucoup ", confie le jeune homme. Après le doute, les médecins mettent des mots sur son mal-être : il est diagnostiqué comme étant atteint de schizophrénie.

Lire la suite sur France 3 Occitanie