Troubles bipolaires

Mise à jour : 17/11/2020
Troubles bipolaires
Dans ces troubles, l'humeur connaît une variation anormale avec alternance entre deux phases, l'excitation et la dépression. Malgré des répercussions qui peuvent être importantes, il est possible de s'en rétablir.

Les troubles bipolaires, qu’est ce que c’est ?

Les troubles bipolaires se caractérisent par une variation anormale de l’humeur, avec l’alternance de deux phases – d’où le mot bipolaire. La personne peut, par exemple, vivre une période d’excitation (appelée épisode maniaque) suivie d’une période de dépression, voire de mélancolie profonde. Ces épisodes sont entrecoupés de périodes de stabilité qui, selon les personnes et les cycles, durent plus ou moins longtemps. L’intensité et la durée des épisodes d’excitation et de dépression varient d’une personne à l’autre, ou au cours de la vie d’une même personne.

Les troubles bipolaires portaient auparavant le nom de psychose maniaco-dépressive (PMD). Ils peuvent être de plusieurs types, la précision étant apportée au moment du diagnostic. Ils sont souvent associés à des troubles anxieux et à des comportements addictifs, selon l’étude publiée en 2018 dans la revue Therapeutic Advances in Psychopharmacology.

Les troubles bipolaires peuvent avoir des répercutions importantes sur notre vie affective, familiale, professionnelle et sociale. Malgré ces difficultés, il est possible de se rétablir de troubles bipolaires.

Comment reconnaître un épisode dépressif

L’épisode dépressif associe un certain nombre de symptômes, présents toute la journée et presque tous les jours, non influencés par les circonstances et durant au moins deux semaines. Ces symptômes sont les suivants :

  • Humeur dépressive, tristesse
  • Perte d’intérêt
  • Fatigue ou perte d’énergie
  • Trouble de l’appétit (avec perte ou prise de poids)
  • Troubles du sommeil (perte ou augmentation)
  • Ralentissement/agitation psychomotrice
  • Sentiment d’infériorité, perte de l’estime de soi
  • Sentiment de culpabilité inappropriée
  • Difficultés de concentration
  • Idées noires, pensées de mort, comportement suicidaire.

Comment reconnaître un épisode maniaque

L’épisode maniaque est défini comme une période d’au moins 4 jours consécutifs, durant laquelle nous sommes expansif ou irritable, très différent de notre façon d’être habituelle, avec la présence d’au moins 3 des symptômes suivants :

  • Augmentation de l’activité ou agitation physique
  • Augmentation du désir de parler
  • Difficultés de concentration
  • Réduction du besoin de sommeil (par exemple se sentir reposé après seulement 3 heures de sommeil)
  • Augmentation de l’énergie sexuelle
  • Achats inconsidérés, ou autre types de conduites insouciantes ou irresponsables
  • Augmentation de la sociabilité ou familiarité excessive.

Pour qu’un diagnostic de trouble bipolaire soit posé, il faut que la personne ait vécu au moins un épisode dépressif et un épisode maniaque ou hypomaniaque (moins grave qu’un épisode maniaque).

Le diagnostic est souvent posé avec un délai de plusieurs années après l’apparition des premiers symptômes, ce qui peut retarder la mise en place d’un traitement adapté.

Quelques idées reçues sur les troubles bipolaires

« Les personnes bipolaires sont toujours dans un excès ou dans l’autre »…

EN FAIT : les périodes maniaques ou dépressives sont entrecoupées de longues périodes de rémission pendant lesquelles la personne va bien.

« Les personnes bipolaires sont une charge pour la société »…

EN FAIT : Beaucoup de personnes bipolaires travaillent. Certaines font preuve d’une grande créativité. Parmi les exemples célèbres : Issac Newton, Virginia Wolf, Frédéric Chopin ou Winston Churchill.

Comment traiter les troubles bipolaires

Le recours aux médicaments

Pour le traitement des troubles bipolaires, l’équipe médicale prescrit le plus souvent des stabilisants de l’humeur, dits aussi régulateurs, thymorégulateurs ou normothymiques. Ces médicaments psychotropes sont utilisés afin de prévenir les récidives d’épisodes dépressifs ou maniaques.

Le lithium est le stabilisateur de l’humeur de référence, généralement proposé en premier. Sa concentration dans le sang est à surveiller régulièrement pour éviter les surdoses aux conséquences parfois graves. Son association avec certains autres médicaments est à éviter.

Certains antiépileptiques sont aussi utilisés pour leur effet stabilisant de l’humeur : le valproate de sodium (Depakine® ou autres), le valpromide (Depamide®) – deux dérivés de l’acide valproïque – la carbamazépine (Tegretol® ou autres) et la lamotrigine (Lacmital® ou autres).

Une association de plusieurs stabilisants de l’humeur est parfois utilisée. En cas de symptômes persistants, on peut ajouter un neuroleptique.

Tous les médicaments psychotropes peuvent causer des effets indésirables, souvent peu gênants, certains rares mais graves. Les détecter permet souvent d’en limiter les conséquences. Certaines précautions permettent d’en éviter beaucoup, en particulier en limitant les associations avec d’autres médicaments.

Des précautions particulières avec les médicaments

  • Femme enceinte ou désirant l’être : les dérivés de l’acide valproïque (Depakine®, Depamide®ou autres), le lithium et la carbamazépine exposent l’enfant à naître à des malformations et divers autres troubles : d’autres options thérapeutiques sont possibles. Une contraception efficace est nécessaire pendant le traitement. La lamotrigine (Lamictal® ou autres) nécessite des précautions particulières.
  • Personne âgée : les posologies des médicaments doivent être adaptées à l’état cardio-vasculaire, cognitif, rénal et hépatique. La personne âgée est plus sensible aux effets indésirables et nécessite souvent des posologies plus faibles que celles utilisées habituellement.

Le soutien par une psychothérapie

Le traitement ne se résume pas aux médicaments. Ceux-ci peuvent nous aider dans notre parcours de rétablissement, en soulageant les symptômes qui nous submergent. La psychothérapie, elle, améliore le vécu du trouble et permet de faire face à ses conséquences dans le quotidien. Elle nous aide à comprendre le trouble, à identifier suffisamment tôt les signes d’une éventuelle rechute, à surmonter les symptômes qui peuvent persister en dépit du suivi. 

Le choix du type de psychothérapie dépend de nos attentes et de la recommandation de l’équipe médicale. Il peut être orienté, ou limité, par l’offre de psychothérapie existant autour de chez nous. Il existe différentes formes de psychothérapies dont nous pouvons bénéficier, cognitivo-comportementale, systémique, de groupe, analytique, etc.

Suivre un programme d’éducation thérapeutique

Les programmes de psychoéducation, également appelés éducation thérapeutique du patient (ETP), aident la personne à connaître sa maladie, prévenir les rechutes et les complications évitables.

Ils proposent une information adaptée, améliorent la compréhension des traitements et de leurs effets indésirables éventuels. Ils développent les capacités d’auto-surveillance et de meilleures aptitudes à la gestion des facteurs de stress, par exemple des périodes d’activité professionnelle particulièrement intenses, ou la survenue d’un événements douloureux. 

Si ces traitements n’ont pas fonctionné

L’électroconvulsivothérapie ou sismothérapie (auparavant appelés électrochocs) peut être proposée, en dernier recours, après l’échec de tous les autres traitements, et selon des indications très précises. Elle consiste à provoquer une crise d’épilepsie chez le patient au moyen d’un courant électrique de faible intensité administré à travers le crâne, sous anesthésie générale. 

Le recours à cette thérapie nécessite « une évaluation documentée des risques et du bénéfice potentiel du traitement » pour la personne concernée, comme l’indique la Haute autorité de santé dans sa recommandation de 2017 consacrée à l’épisode dépressif caractérisé de l’adulte.

S’aider par soi-même

Si le recours au soin est souvent indispensable en cas de trouble bipolaire, nous pouvons aussi développer des ressources personnelles qui peuvent nous aider à aller mieux. Nous pouvons par exemple porter attention à nos rythmes de sommeil et à notre alimentation, limiter notre consommation d’alcool, de médicaments anxiolytiques ou de substances psychotropes (cannabis, autres drogues). Nous pouvons pratiquer une activité physique que nous aimons, ou éventuellement la relaxation ou la méditation.

Échanger avec des personnes vivant ou ayant vécu des troubles bipolaires peut apporter un grand soutien. On peut le faire en rejoignant un groupe d’entraide mutuelle (GEM), une association de patients et de proches, un groupe de paroles ou un forum de discussion sur internet.

Vivre avec une personne concernée par un trouble bipolaire

L’entourage peut  apporter un soutien essentiel dans les moments difficiles, même si son rôle n’est pas de se substituer au médecin ou au psychothérapeute.

Ce soutien peut notamment consister à :

  • Repérer les signes d’une dépression ou d’une phase maniaque chez un proche et lui en parler
  • Aider son proche à chercher de l’aide, à consulter un professionnel et, si besoin, à suivre le traitement prescrit
  • Soutenir son proche dans les activités du quotidien
  • Évoquer ouvertement les idées de suicide s’il y a lieu, afin de l’encourager dans sa recherche d’aide.

L’entourage peut trouver du soutien pour lui-même auprès d’associations de personnes vivant avec des troubles psychiques et de leurs proches. 

  • Joindre la ligne d’écoute ou rejoindre un groupe de parole de l’association Argos 2001 réunissant des personnes vivant avec un trouble bipolaire et des proches
  • Lire les articles sur le trouble bipolaire sur le site de l’Assurance maladie
  • Contacter l’association Bicycle d’aide aux familles d’enfants et adolescents ayant un trouble de l’humeur 
  • Pour en savoir plus sur les précautions particulières en cas de grossesse ou d’allaitement, consulter le site du CRAT .

Cet article a été écrit par Psycom à partir de sa brochure Troubles bipolaires.

Les membres de l’équipe Psycom déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts avec des entreprises fabriquant ou commercialisant des produits de santé (médicaments, dispositifs médicaux, matériel médical, e-santé, marketing médical, etc.).