Vous êtes dans : Accueil > Actualités > À lire, à voir, à écouter > Alternatives Economiques : L’hôpital, objet de convoitises des labos

Alternatives Economiques : L’hôpital, objet de convoitises des labos

le 15 janvier 2018

Les laboratoires pharmaceutiques travaillent dans l'ombre afin d'influencer médecins et décideurs publics. Alternatives Economiques publie des données exclusives qui prouvent leur omniprésence dans la politique économique du médicament. Deuxième volet de notre enquête en quatre épisodes.

Carton rouge. C’est avec cette sanction symbolique - à valeur d’exemple - que l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), premier centre hospitalier de France, met en garde les médecins qui se retrouvent dans des situations de liens d’intérêts* qu’elle juge « excessifs », car trop visibles, avec les laboratoires pharmaceutiques. Martin Hirsch, le directeur général, en dispense en moyenne six par an. Même si l’AP-HP est pionnière en France en la matière, cela reste peu au regard de la fréquence de ces liens. Selon notre enquête, pas moins de 73 % des médecins de l’AP-HP entretiennent des liens d’intérêts avec des laboratoires.

Ils sont plus nombreux encore à l’échelle de l’Hexagone : en moyenne, 77,5 % des médecins hospitaliers sont en lien avec les labos dans l’ensemble des centres hospitaliers universitaires (CHU) ! Ces données exclusives, extraites par Alternatives Economiques  avec l’aide des associations Regards citoyens et Formindep, reflètent la forte pénétration des délégués commerciaux des laboratoires au sein des hôpitaux.

Lire la suite sur Alternatives Economiques