Vous êtes dans : Accueil > Actualités > À lire, à voir, à écouter > Buzz Feed : L'élection présidentielle a eu un impact sur la santé mentale de beaucoup de monde

Buzz Feed : L'élection présidentielle a eu un impact sur la santé mentale de beaucoup de monde

le 5 mai 2017

[Buzz Feed] Nous avons récemment demandé à la communauté BuzzFeed de nous dire si l'élection présidentielle avait eu un impact sur leur santé mentale. Voici quelques-unes des réponses.

1. «Peur de l'avenir.»

«Beaucoup de stress. Agression des candidats que j'ai vraiment pris pour moi. Étant déjà de tendance dépressive-anxieuse, ça m'a vraiment mis mal. Peur de l'avenir. Puis prise de conscience qu'en tant que lesbienne femme, non blanche, peu de candidats s'intéressent vraiment à nos droits ou à ceux des autres minorités. Je me sentais pas réellement représentée, voire même mise de côté. Remise en question personnelle encore une fois. C'est très difficile comme période.»

—Rita

2. «Du stress et de l'anxiété, une peur de l'avenir et de ce qui peut se passer.»

—Sophia

3. «Mon anxiété s'est décuplée...»

«Depuis quelques mois, mon anxiété s'est décuplée, et comme à chaque fois que je suis dans une phase anxieuse, mon corps en fait les frais: boutons, boutons de fièvre, migraines, fatigue chronique et insomnie... J'ai aussi tendance à manger plus gras pour me «réconforter», ce qui fait que j'ai pris un peu de poids et qui n'aide pas avec les boutons, la fatigue, etc.

J'ai l'impression qu'en plus du caractère inédit de cette élection, l'intensité et l'omniprésence des débats (souvent houleux) sur les réseaux sociaux est vraiment difficile à ignorer. Le résultat, c'est que j'ai l'impression d'être tout le temps négative, et d'être beaucoup plus fragile émotionnellement. Pour l'instant je n'ai pas vraiment trouvé de solution, à part essayer de faire des breaks et de me déconnecter de l'actualité de temps en temps. J'ai aussi commencé à voir une psy et ça m'aide beaucoup à me libérer de mon stress.»

—Anaïs

4. «C'était pénible, un réel déchirement entre nos proches, nos collègues, nos amis.»

«C'était pénible, un réel déchirement entre nos proches, nos collègues, nos amis.

Les "non discussions" autour de sujets importants. Voir des personnes au grand jour, étaler leurs idées, leur bêtise. Ecœurement. La pénibilité des conversations, des mêmes conversations à longueur de journée, depuis des semaines.»

—Anaïs

Source  Buzz Feed